fbpx
Yedia, partager le savoir
Rechercher
Les plus populaires

Simha Lehaim ! 7/10 : les raisins de la mémoire…

Chabbat sur la lune ?

À la redécouverte de Chavouot

Qui sont les Bnei Noah ? Ces chrétiens qui respectent les 7 lois de Noah…

Israël : Terre de biodiversité

Le divorce juif ou la destruction d’un petit temple

Astrologie juive : Le signe des gémeaux – Qui se ressemble s’assemble

L’expression : » Le dernier dernier le préféré »

Le musée ANU, siège de la mémoire du peuple juif

Le don de la Torah, le jour d’après…

Partager

Pinkhas : S’il vous plaît, dessine moi des étoiles… de David !

Découvrez Pinkhas, un artiste-peintre et sculpteur polymathe, au parcours initial atypique, qui allie doctorat en médecine et formation en art dramatique. C’est au cœur de sa galerie d’art située à Tel Aviv, où il alterne entre ses consultations médicales et la pratique de son art, que sont façonnées ses œuvres . Exposées à l'échelle internationale, elles évoquent une atmosphère chaleureuse et festive, sublimée par une identité juive omniprésente.

Artiste peintre né à Paris et établi à Tel Aviv, Pinkhas incarne une fusion unique entre sa passion pour l’art et sa carrière médicale. Son parcours atypique témoigne d’une recherche constante d’équilibre entre expression artistique et pratique médicale, avec pour toile de fond, une identité juive éloquente. Yedia vous invite à explorer les multiples facettes de cet artiste hors du commun.

 

Créer en toute sérénité

Né à Paris en 1975, le parcours de Pinkhas témoigne d’une quête d’équilibre entre passion artistique et sécurité professionnelle. « J’ai toujours été attiré par tout ce qui a trait à l’art », confie-t-il, illustrant ainsi la dualité qui a marqué son cheminement, « mais j’avais également compris l’importance de choisir une carrière alliant autonomie et stabilité financière ». Contrairement à certains artistes qui trouvent leur inspiration dans les périodes de « vaches maigres », Pinkhas a toujours su que la tranquillité financière était essentielle à sa créativité. Pour lui, la médecine semblait incarner cette vision. « C’est un domaine que l’on peut exercer avec une certaine liberté, sans être soumis à un patron. C’est aussi une carrière exportable », explique-t-il, soulignant ainsi ses motivations pour choisir cette voie exigeante. Avec détermination, il entame donc ses neuf années d’études médicales, profitant de cette période pour réfléchir à ses aspirations profondes. 

 

L’art de trouver sa voie

 

Le temps passe et ne fait que renforcer la conviction que Pinkhas porte en lui : il y a un artiste qui sommeille en lui et qui ne demande qu’à s’exprimer. Ainsi, il profite du dernier cycle de ses études médicales, pour partir à découverte de sa propre voie artistique.

Après une formation théâtrale, Pinkhas commence à développer un intérêt pour l’art, mais en tant que collectionneur. « Avec mes premiers revenus de médecin, j’ai commencé à investir dans des œuvres d’art », raconte-t-il. Il est captivé par les créations des descendants de l’école de Paris, avec un penchant pour les œuvres imprégnées d’une sensibilité judaïque, comme celles de Raya Sorkine ou de Théo Tobiasse. C’est ainsi que Pinkhas commence à tisser des liens entre sa passion artistique naissante et sa carrière médicale émergente.

 

Quand le pinceau rejoint le stéthoscope

 

 

Pinkhas décide donc de se mettre à la peinture. Il achète le matériel nécessaire et commence à élaborer ses premières créations, dans la mouvance des artistes qu’il affectionne. Il apprend seul, en pratiquant assidûment et affine sa technique et son propre style artistique au fil des toiles qu’il compose et qui s’apparente au courant de la figuration narrative, avec une touche d’art naïf. « Mes parents ne comprenaient rien de ce qui se tramait, je venais à peine de finir mes études de médecine, j’étais censé faire mes premiers remplacements, mais au lieu de ça, je ‘squattais’ leur jardin pour pratiquer ma nouvelle passion ! ». 

Les premières œuvres de Pinkhas rencontrent un succès phénoménal. Il les vend au départ sur eBay pendant un an et demi et acquiert rapidement une renommée internationale. Rassuré de son talent et de l’impact de ses créations, il décide ensuite de rejoindre le « circuit classique » du commerce de produits d’art. 

La peinture comme un récit identitaire

 

L’identité juive qui vibre intensément chez l’artiste est palpable dans ses créations. Au début de sa carrière artistique, Pinkhas peint les thèmes classiques de l’art judaïca, mais au fil des années, les symboles juifs se greffent de manière plus subtile dans ses œuvres, comme une marque en filigrane. En effet, on y retrouve parfois une colombe, des bougeoirs, des étoiles, toujours trois étoiles, pour une raison qui le dépasse puisque qu’il se dit « incapable de nous expliquer pourquoi précisément ce nombre ». Le bleu de Prusse est aussi omniprésent, comme une réminiscence du firmament,et de l’infini bleu de la mer. 

Cette identité juive est en outre le sujet qui le fascine par-dessus tout, car « si elle ne transparaît pas, c’est que je suis passé à côté de l’essentiel ! », affirme-t-il. Il ajoute même que ce qui le tourmente dans la mort, « ce n’est pas le fait de ne plus être vivant, c’est le fait de ne plus être Juif!»    

En quête de son âme sœur, Pinkhas recherche une femme en dehors des milieux non-juifs qu’il fréquentait à Paris. Il aimerait aussi qu’elle soit un peu comme lui, original et atypique. Là encore, la recherche identitaire permanente de l’artiste, va lui faire prendre en 2016 une décision déterminante : celle de s’installer en Israël pour justement y rencontrer celle qui lui est destinée, et construire un couple juif. Cette ambition ne tarde pas à se concrétiser, puisqu’il fait en Israël la rencontre d’une israélienne de souche, et artiste peintre elle aussi, avec laquelle il fonde sa famille.

 

La mélancolie joyeuse

Les œuvres de Pinkhas qu’il définit comme appartenant au mouvement de la figuration narrative avec une touche naïve, évoquent l’être humain, avec ses émotions parfois ambivalentes. « J’aime peindre des visages qui ne sont pas toujours souriants, des visages naïfs, puis parfois plus joyeux.. »

Pinkhas aime aussi le rapport à l’enfance, son insouciance. A ce titre, le « Petit Prince » est un des thèmes que l’on retrouve de façon récurrente sur ses peintures. C’est pour l’artiste comme un clin d’œil à cette histoire poétique chargée de messages philosophiques. Pinkhas nous indique qu’il regrette d’ailleurs que cet ouvrage ne soit lu et enseigné qu’à l’école primaire, car pour lui, « le Petit Prince nous apprend tout simplement la vie ! ».

 

Une galerie pas comme les autres

À la croisée des chemins entre art et médecine, il existe des lieux où ces deux mondes se rencontrent de manière inattendue. C’est exactement la définition de galerie d’art de la rue Ben Yehouda à Tel Aviv, tenue par Pinkhas en personne. En effet, en marge d’être le lieu où sont exposées la grande majorité des œuvres de Pinkhas et des autres artistes qu’il héberge, cet espace est aussi l’endroit depuis lequel Pinkhas effectue ses consultations en télémédecine. Une telle combinaison peut sembler inhabituelle mais cette fusion singulière reflète en réalité l’univers éclectique de l’artiste peintre, galeriste et médecin, qui a lui-même initié ce concept.

 

En conclusion, le parcours de Pinkhas illustre magnifiquement la possibilité d’embrasser différentes passions et de les fusionner pour créer quelque chose de véritablement unique. Son équilibre entre art et pratique médicale révèle une approche novatrice et inspirante de la vie, où la créativité et la rigueur se complètent harmonieusement. A travers la richesse et la profondeur de son univers artistique, Pinkhas nous rappelle l’importance d’être à l’écoute de notre voix intérieure, puis d’élargir nos horizons, afin de donner une place de choix à nos aspirations les plus profondes.

 

 

Une réponse

  1. Une chance incroyable d’avoir rencontré mon ami Pinkhas par hasard.. même adresse, même palier..et c’est un soir que mon regard s’est attardé avec curiosité et intérêt sur un de ses tableaux posé avec simplicité et je dirai humilité devant la porte de son appartement (entre ouverte ).. j’ai été intriguée et subjuguée par l’attraction de cette œuvre.. nous avons parlé longtemps et je lui avais confié que j’étais certaine qu’il serait reconnu ! Au final nous sommes devenus amis et j’ai eu le grand plaisir de rencontrer sa merveilleuse épouse talentueuse et si délicate….avec «  orgueil »j’ose le dire et l’écrire : j’avais raison, Pinkhas est un artiste de renommée internationale !!! C’est aussi un homme altruiste et bienveillant… une très belle personne 🥰
    Vous l’avez compris je suis une inconditionnelle de son talent ainsi que de ses œuvres !!
    Longue vie fleurie de succès et de bonheur mon ami 💓💓💓💓

Partager

A découvrir également sur Yedia

Whatsapp Yedia

Ne manquez plus aucun contenu sur Yedia en rejoignant notre groupe Whatsapp. Une diffusion quotidienne.

Newsletter Yedia

Vous souhaitez recevoir la newsletter mensuelle de Yedia avec l’ensemble des articles, podcasts, et vidéos du site. Inscrivez-vous ici sans plus attendre.

Facebook Yedia

Ne manquez plus aucun contenu sur Yedia en rejoignant notre communauté Instagram.

Youtube Yedia

Ne manquez plus aucun contenu sur Yedia en rejoignant notre groupe Whatsapp. Une diffusion quotidienne.

Spotify Yedia

Retrouvez tous nos podcasts sur Spotify.  Il suffit de vous abonner à notre chaîne pour les écouter directement.

Yedia est un média dédié au Judaïsme, à sa culture, son patrimoine, et à son identité. Grâce aux contributions de ses auteurs et producteurs de contenus, issus de tous horizons, il se veut le témoin de sa richesse, et de sa diversité.

Art et culture, langue et écriture, société, histoire, sciences, lifestyle, judaïsme, sont les thématiques qui traversent Yedia.
Articles, podcasts, vidéos, sont disponibles sur la plateforme et permettent à tous à tout moment de pouvoir accéder au contenu.
Enfin Yedia se veut ancré dans l’époque dont il est issu, voire même dans le futur. Une partie des contenus sont consultables dans un metaverse accessible depuis le site Yedia.
Dans un monde dans lequel le savoir se dilue plus rapidement que l’ignorance, nous pensons que la connaissance est faite pour être partagée…au plus grand nombre, à tous, sans distinction.

Partager sans distinguer, et distinguer la connaissance de la croyance, afin de la faire comprendre, simplement et au plus grand nombre.
Sans partage, il n’y a pas de lumière.


Et ce qui n’est pas éclairé, reste dans l’obscurité.

Newsletter

Abonnez vous à la Newsletter de Yedia

Il vous suffit de remplir le formulaire ci-dessous.

Sans partage, il n’y a pas de lumière.
Et ce qui n’est pas éclairé, reste dans l’obscurité.