fbpx
Yedia, partager le savoir
Rechercher
Les plus populaires

Simha Lehaim ! 7/10 : les raisins de la mémoire…

Chabbat sur la lune ?

À la redécouverte de Chavouot

Qui sont les Bnei Noah ? Ces chrétiens qui respectent les 7 lois de Noah…

Israël : Terre de biodiversité

Le divorce juif ou la destruction d’un petit temple

Astrologie juive : Le signe des gémeaux – Qui se ressemble s’assemble

L’expression : » Le dernier dernier le préféré »

Le musée ANU, siège de la mémoire du peuple juif

Le don de la Torah, le jour d’après…

Partager

Le divorce juif ou la destruction d’un petit temple

Le ‘’Guet’’, l’acte de divorce juif concrétise la dissolution des liens spirituels et physiques entre les conjoints. Il est savamment pensé. Yedia vous propose de decouvrir ses modalités.
Le divorce juif ou la destruction d’un petit temple

La tradition du mariage juif comporte deux dimensions distinctes : le spirituel et le pragmatique.

L’aspect spirituel, très dense et très riche, a été largement abordé dans un article que vous pouvez retrouver sur notre site — lien en bas de page.

Sur le plan pratique, le mariage juif est formalisé par un contrat qui énonce les droits et les devoirs du couple, ainsi que les conditions en cas de divorce. Ainsi, dès leur union, les époux signent un document qui prévoit les modalités de leur éventuelle séparation. Surprenant et même un peu vexant de penser au divorce avant même d’avoir commencé sa vie de couple, pourtant cette précaution est essentielle pour protéger spirituellement et matériellement les femmes. L’acte de mariage — la kétouba —, une fois détruit, devient le « guet » — l’acte de divorce —, qui concretise la dissolution des liens spirituels et physiques entre les conjoints 

Qu’est-ce que le « Guet » ?

Donner le guet à sa femme est l’une des 613 mitsvot de la Torah, les commandements divins donnés au peuple juif. Les lois sur le divorce sont explicitées dans une paracha — section — du Séfèr Dévarim, qui traite spécifiquement du divorce[1]Devarim 24,1-4. Ces versets énoncent la nécessité pour une femme répudiée de recevoir un document écrit de divorce, ainsi que l’interdiction pour un homme de reprendre sa femme après qu’elle a épousé un autre homme. Les autres règles concernant le divorce sont issues de la Torah orale, qui comprend notamment les enseignements du Talmud, principalement dans le traité Guitin.

En droit hébraïque, le guet est l’acte écrit sur parchemin que la femme juive reçoit devant un tribunal rabbinique, pour officialiser la volonté de son mari de mettre fin aux liens religieux du mariage, mais le divorce se fait par consentement mutuel. Il s’agit de libérer la femme des liens du mariage et qu’elle soit « permise à tout homme ». Elle pourra ainsi envisager de se remarier et d’avoir éventuellement d’autres enfants.

Un homme pouvait donc répudier sa femme à sa guise, même contre son gré. Il a fallu attendre le décret de Rabbenou Gershom pour que soit interdit de divorcer d’une femme contre sa volonté. Ce décret du XIe siècle a marqué un tournant dans la pratique du divorce dans la tradition juive.

Les conditions nécessaires pour pouvoir divorcer

Selon la Loi juive, les divorces doivent se dérouler devant un tribunal rabbinique. Lorsqu’un couple juif souhaite se séparer officiellement, les époux doivent remplir deux conditions : tout d’abord avoir rédigé un accord de divorce approuvé et validé par une décision du tribunal aux affaires familiales. La deuxième condition essentielle est que les époux n’habitent plus la même résidence. Il est important de savoir que le tribunal rabbinique n’autorise pas le divorce si les couples vivent encore sous le même toit.

Le divorce ne sera accordé que si les époux accomplissent la procédure de divorce par libre arbitre et en comprenant le sens du divorce et les conséquences immédiates dans leur vie, pour eux et pour leurs enfants.

Comment se déroule la cérémonie du Guet ?

Au cours de la cérémonie de divorce, les juges veillent à évaluer l’intention et la conscience des démarches entreprises par le couple. Cette cérémonie, savamment orchestrée, se déroule en quatre étapes bien définies. Tout d’abord, les noms des conjoints, leurs surnoms et ceux de leurs parents sont vérifiés minutieusement. Ensuite, les trois étapes suivantes englobent le processus de règlement du Guet lui-même, se déroulant toujours dans une séquence continue. Il s’agit d’abord de l’annulation des avis, où chaque partie déclare ses intentions futures, investissant ainsi ces déclarations d’une force juridique d’engagement. Puis vient l’annulation des engagements antérieurs. La rédaction du Guet, quant à elle, est confiée à un scribe — un greffier —, dans une salle désignée à cet effet. Le scribe agit en tant qu’émissaire de l’homme qui souhaite mettre en œuvre l’acte de divorce, et sa présence est indispensable à toutes les étapes du processus. Enfin, la remise du Guet de l’homme à la femme a lieu, symbolisant la fin officielle de leur union. Ce moment solennel se déroule alors que les deux conjoints se tiennent debout, face à face, devant les 

témoins et les membres du Beth Din.

La remise du Guet est une étape cruciale et solennelle du processus de divorce juif. Une fois que le document a été rédigé par le scribe et signé par les témoins, il est scrupuleusement vérifié par les Dayanim — les juges rabbiniques — avant d’être remis. Le geste même doit être direct entre l’homme et la femme et ne pas passer par un interlocuteur — dans certaines circonstances, comme l’éloignement géographique, cela peut être par le mandataire de l’un des membres du couple agréé par le Tribunal rabbinique. La femme est alors invitée à entrer dans la salle du Beth Din, où une série de questions lui est posée pour s’assurer de son consentement à recevoir le Guet de son mari. De même, le mari fait l’objet d’une dernière série de questions pour s’assurer de sa volonté libre et sans contrainte de donner le Guet.

La procédure de remise du Guet débute avec les deux conjoints se tenant debout, face à face, devant les témoins et les membres du Beth Din. Le Guet est plié d’une manière spécifique puis remis au mari. Ce dernier le tient entre les doigts de sa main droite — ou gauche s’il est gaucher — au-dessus des mains de la femme. Celle-ci place ses mains en avant, les paumes jointes et en position horizontale, formant ainsi un réceptacle sous la main de son mari tenant le Guet.

Avant cette étape, la femme est priée de retirer tout bijou qui pourrait entraver le contact du Guet avec ses mains et de remonter légèrement ses manches si nécessaire.

Assisté par l’un des Dayanim, l’homme prononce alors une formule en hébreu ou dans sa langue natale, exprimant son intention de divorcer de sa femme et de lui rendre sa liberté. Il laisse ensuite échapper le Guet de ses doigts, et celui-ci tombe dans les mains de la femme. Celle-ci ne doit en aucun cas tenter de l’attraper, mais simplement le réceptionner dans le creux de ses mains, scellant ainsi la fin officielle de leur union.

Le divorce par consentement mutuel ou le drame des Agounot

Pour divorcer selon le judaisme, il faut y avoir librement consenti. Le refus de divorcer de l’un des conjoints place dès lors celui qui voudrait sortir du lien marital dans une situation le consacrant comme enchaîné, prisonnier. On parle du terme d’« agounim » et surtout d’« agounah » pour une femme — la procédure de libération étant plus facile pour un homme. Les Agounot représentent une situation délicate dans la tradition juive et dans la réalité actuelle. Ainsi, les soldats de l’armée du roi David avaient pour coutume de remettre le Guet à leurs épouses avant de partir au combat, anticipant la possibilité de ne pas revenir. Cette précaution visait à éviter à leur femme le statut d’Agounot, qui les empêcherait de se remarier en l’absence de preuves formelles de leur décès. En cas de remariage sans ces preuves, tout enfant né de cette union serait considéré comme un « Mamzer », bénéficiant d’un statut « spécial » dévalorisant et pénalisant. Le sujet de la femme Agouna et des différentes mesures prises pour y remédier par les tribunaux rabbiniques peuvent faire l’objet d’un article entier.

La loi juive, qui a prescrit la procédure permettant la fusion de deux âmes, a également prescrit la manière dont ces deux âmes peuvent se séparer.

https://www.yedia.org/judaisme/tout-ce-que-vous-avez-toujours-voulu-savoir-sur-le-mariage-juif/

https://www.yedia.org/judaisme/la-ketouba-et-le-guet-deux-actes-fondamentaux/

Références

Références
1Devarim 24,1-4

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Partager

A découvrir également sur Yedia

Whatsapp Yedia

Ne manquez plus aucun contenu sur Yedia en rejoignant notre groupe Whatsapp. Une diffusion quotidienne.

Newsletter Yedia

Vous souhaitez recevoir la newsletter mensuelle de Yedia avec l’ensemble des articles, podcasts, et vidéos du site. Inscrivez-vous ici sans plus attendre.

Facebook Yedia

Ne manquez plus aucun contenu sur Yedia en rejoignant notre communauté Instagram.

Youtube Yedia

Ne manquez plus aucun contenu sur Yedia en rejoignant notre groupe Whatsapp. Une diffusion quotidienne.

Spotify Yedia

Retrouvez tous nos podcasts sur Spotify.  Il suffit de vous abonner à notre chaîne pour les écouter directement.

Yedia est un média dédié au Judaïsme, à sa culture, son patrimoine, et à son identité. Grâce aux contributions de ses auteurs et producteurs de contenus, issus de tous horizons, il se veut le témoin de sa richesse, et de sa diversité.

Art et culture, langue et écriture, société, histoire, sciences, lifestyle, judaïsme, sont les thématiques qui traversent Yedia.
Articles, podcasts, vidéos, sont disponibles sur la plateforme et permettent à tous à tout moment de pouvoir accéder au contenu.
Enfin Yedia se veut ancré dans l’époque dont il est issu, voire même dans le futur. Une partie des contenus sont consultables dans un metaverse accessible depuis le site Yedia.
Dans un monde dans lequel le savoir se dilue plus rapidement que l’ignorance, nous pensons que la connaissance est faite pour être partagée…au plus grand nombre, à tous, sans distinction.

Partager sans distinguer, et distinguer la connaissance de la croyance, afin de la faire comprendre, simplement et au plus grand nombre.
Sans partage, il n’y a pas de lumière.


Et ce qui n’est pas éclairé, reste dans l’obscurité.

Newsletter

Abonnez vous à la Newsletter de Yedia

Il vous suffit de remplir le formulaire ci-dessous.

Sans partage, il n’y a pas de lumière.
Et ce qui n’est pas éclairé, reste dans l’obscurité.