fbpx
Yedia, partager le savoir
Rechercher
Les plus populaires

Instants d’humanité : La musique doit continuer

Le mystère des cornes du Moïse de Michel-Ange

Le sens de l’hospitalité juive : portraits de deux héritiers d’Avraham

Les chênes d’Israël

« Nos héros du 7 octobre » : histoires vraies racontées aux enfants

Jeux Olympiques 2024 : Attention ! Antisémitisme renaissant

Le Maharal de Prague créateur du Golem, l’être d’argile

Une lumière s’éteint…hommage au prix Nobel Kahneman

Le signe astrologique du poisson

L’histoire méconnue et tragique des juifs de Libye

Partager

« Les Méditerranéennes » d’Emmanuel Ruben

Décembre 2017, banlieue de Lyon. Samuel retrouve sa famille maternelle le temps d’un dîner de Hanouka haut en tohu-bohu et récits bariolés de leur Algérie, de la prise de Constantine en 1837 à l’exode de 1962.
"Les Méditerranéennes" d'Emmanuel Ruben

’C’est l’image de la tante Déborah se levant sans cesse pour rallumer, au milieu des rires et des larmes, dans le tohu-bohu des blagues juives et des engueulades familiales, la dernière bougie de Hanouka qui symbolise la présence divine et compte autant de branches que la « smalah ».

C’était un vieux chandelier à neuf branches de facture assez classique, un vieux chandelier comme on en voit dans toutes les familles juives, un de ces objets sans âge, transmis de père en fils, de mère en fille, et qui pouvait tout aussi bien provenir de fouilles archéologiques et donc de la plus haute antiquité que de la sombre échoppe d’un artisan juif de Constantine. ‘’

Dans « Les Méditerranéennes », ce roman dédié à sa famille maternelle, Emmanuel Ruben remonte le cours de l’histoire vers “cette Jérusalem africaine nommée Constantine, la ville aux sept ponts suspendus ”, où prend racine son ascendance juive berbère.

Les lumières de Hanouka illuminent le récit porté par les légendes du chandelier à neuf branches transmis de génération en génération comme leur plus précieux trésor.

Samuel Vidouble, alter ego de l’auteur, restitue les voix de toutes les femmes juives de la famille, ces Méditerranéennes “ qui portaient le monde sur leurs épaules et le pays dans leur ventre ”.

Elles se prénomment Baya-Reine, Déborah, Rose, Myriam, Raphaëlle, Elisabeth, Rebecca et Solange, chacune allume l’une des bougies de la fête et porte son histoire.

Mais celle de Mamie Baya, la grand-mère de Samuel, figure centrale de la tribu, est la plus attachante.

Née le 4 août 1914, à Constantine, à la veille du conflit mondial qui la privera de son père pendant ses premières années, l’enfant porte le prénom de Baya,ou  grande dame distinguée en langue arabe et celui de Reine, pour faire français.

Cette grand-mère au parfum d’eau de rose, qui suce des cachous Lajaunie, qui peut réciter par cœur les prières dans toutes les langues de ses ancêtres, est celle qui évoque aux oreilles de son petits-fils les exploits guerriers de la Kahena, persuadée que le précieux chandelier familial leur venait en droite ligne de la Reine berbère et juive.

C’est grâce à sa grand-mère Sultana que ce trésor fut caché au bord de l’oued Rhummel en 1836, lors de la prise de Constantine par les troupes françaises.

Avec l’histoire de Déborah, dernière héritière du chandelier, Samuel apprend comment le fameux décret Crémieux du 24 octobre 1870 déclarant Français les indigènes juifs d’Algérie était perçu dans la famille comme “ l’origine des emmerdements ” en ce qu’il avait creusé l’écart d’avec les Arabes, leur avait fait subir les lois de Vichy et causé in fine leur exil en 1962.

La grand-tante Myriam évoque pour Samuel le pogrom de Constantine du 5 août 1934 contre les habitants du quartier juif, avec la complicité des autorités françaises.

Le roman met en lumière les massacres du 8 mai 1945, à Guelma où vivaient Baya-Reine et Roger son mari, à Constantine, à Sétif … prélude sanglant à la guerre d’Algérie.

Roger qui se sentait, comme beaucoup de juifs, coupé en deux, entre son aspiration à l’indépendance du pays et sa fidélité à la République, va mettre fin à sa vie un jour de juillet 1957.

Mais le sujet reste tabou, jusqu’à Solange, la fille cadette de Déborah, lorsqu’elle découvre, quarante ans plus tard, le secret du chandelier.

Emmanuel Ruben conte avec brio ce récit familial lourd de tant de blessures cachées sous une généreuse couche d’énergie vitale. S’il prête à Mamie Baya ces mots: “ la mémoire est toujours infidèle ”, il restitue un pan oublié de celle des Juifs d’Algérie.

Partager

A découvrir également sur Yedia

Whatsapp Yedia

Ne manquez plus aucun contenu sur Yedia en rejoignant notre groupe Whatsapp. Une diffusion quotidienne.

Newsletter Yedia

Vous souhaitez recevoir la newsletter mensuelle de Yedia avec l’ensemble des articles, podcasts, et vidéos du site. Inscrivez-vous ici sans plus attendre.

Facebook Yedia

Ne manquez plus aucun contenu sur Yedia en rejoignant notre communauté Instagram.

Youtube Yedia

Ne manquez plus aucun contenu sur Yedia en rejoignant notre groupe Whatsapp. Une diffusion quotidienne.

Spotify Yedia

Retrouvez tous nos podcasts sur Spotify.  Il suffit de vous abonner à notre chaîne pour les écouter directement.

Yedia est un média dédié au Judaïsme, à sa culture, son patrimoine, et à son identité. Grâce aux contributions de ses auteurs et producteurs de contenus, issus de tous horizons, il se veut le témoin de sa richesse, et de sa diversité.

Art et culture, langue et écriture, société, histoire, sciences, lifestyle, judaïsme, sont les thématiques qui traversent Yedia.
Articles, podcasts, vidéos, sont disponibles sur la plateforme et permettent à tous à tout moment de pouvoir accéder au contenu.
Enfin Yedia se veut ancré dans l’époque dont il est issu, voire même dans le futur. Une partie des contenus sont consultables dans un metaverse accessible depuis le site Yedia.
Dans un monde dans lequel le savoir se dilue plus rapidement que l’ignorance, nous pensons que la connaissance est faite pour être partagée…au plus grand nombre, à tous, sans distinction.

Partager sans distinguer, et distinguer la connaissance de la croyance, afin de la faire comprendre, simplement et au plus grand nombre.
Sans partage, il n’y a pas de lumière.


Et ce qui n’est pas éclairé, reste dans l’obscurité.

Newsletter

Abonnez vous à la Newsletter de Yedia

Il vous suffit de remplir le formulaire ci-dessous.

Sans partage, il n’y a pas de lumière.
Et ce qui n’est pas éclairé, reste dans l’obscurité.