fbpx
Yedia, partager le savoir
Rechercher
Les plus populaires

Simha Lehaim ! 7/10 : les raisins de la mémoire…

Chabbat sur la lune ?

À la redécouverte de Chavouot

Qui sont les Bnei Noah ? Ces chrétiens qui respectent les 7 lois de Noah…

Israël : Terre de biodiversité

Le divorce juif ou la destruction d’un petit temple

Astrologie juive : Le signe des gémeaux – Qui se ressemble s’assemble

L’expression : » Le dernier dernier le préféré »

Le musée ANU, siège de la mémoire du peuple juif

Le don de la Torah, le jour d’après…

Partager

Livre: « Les exportés » de Sonia Devillers

Quel autre pays que la Roumanie a vendu ses juifs contre des cochons ? Ce livre met en lumière une réalité occultée, celle de tout un peuple qui, même après la Shoah, a continué d’être persécuté en Roumanie
Les exportés Sonia Devillers

Dans Les exportés, la journaliste Sonia Devillers relate avec une sobre précision l’histoire de sa famille maternelle, des Juifs roumains victimes d’un effroyable trafic humain à grande échelle. Quel autre pays que la Roumanie a vendu ses juifs contre des cochons ? Ils furent des dizaines de milliers à servir de monnaie d’échange pour pallier les besoins d’une agriculture déficiente durant les deux premières décennies de l’ère communiste. Ce fut néanmoins le secret le mieux gardé du régime, même au sein des plus hautes instances du gouvernement, du parti communiste et de la fameuse Securitate.

Silence ou réponses évasives également du côté des grands-parents, comme de la mère de l’auteure. Pourquoi et comment Gabriela et Harry Greenberg, leurs deux filles et leur grand-mère Roza ont-ils quitté la Roumanie et débarqué à Paris en 1961, à la veille de Noël ? Autant de questions qui ont poussé Sonia Devillers à remonter le cours de leur histoire, longtemps après le décès de ses grands-parents.

Le couple avait réchappé à la politique antisémite du Maréchal Antonescu, lequel avait validé la déportation de toute la population juive roumaine avant sa destitution en 1944. Tournant résolument le dos à cette page sombre, à l’instar du parti communiste qui gomma la responsabilité du pays à l’égard de ses Juifs, Harry et Gabriela mirent toute leur énergie à faire partie de l’élite et de l’intelligentsia du nouveau régime. Ils abandonnèrent leur patronyme, trop connoté, pour celui de l’héroïne d’un roman en vogue au sortir de la guerre. Dès lors Harry et Gabriela Deleanu, leurs filles Léna et Marina — la mère de l’auteure — vont connaître la vie privilégiée des membres de la « nomenklatura » roumaine. Jusqu’au moment où ils seront mis à l’index, sans raison. Ils vont tout perdre, devenir des parias, être emprisonnés, menacés, dépossédés, monnayés puis vendus à l’étranger. Ils vont rejoindre les rangs de cette traite massive d’êtres humains organisée entre 1959 et 1965 par le ministère roumain de l’Intérieur et un intermédiaire britannique pour le moins douteux, Henry Illes Jakober. Moyennant la somme de 12 000 $, après maintes péripéties, la famille Deleanu va obtenir ses visas de sortie et figurer sur la liste de Jakober de décembre 1961 contre un troupeau de vaches frisonnes, 15 porcs landrace anglais et un verrat landrace danois — le bonus par excellence. De cet échange immoral, aucun des candidats à la liberté n’aura jamais connaissance, jusqu’à la déclassification progressive des archives, consécutive à la chute du mur de Berlin et grâce aux chercheurs et historiens sur les travaux desquels Sonia Devillers s’appuie pour combler les nombreux manques du récit familial, car « aux descendants d’exilés, il y a une part du voyage qu’on ne raconte jamais » écrit-elle.

Au terme de son enquête journalistique, Sonia Devillers est en mesure de répondre à cette question : combien un humain vaut-il en bétail, machines-outils, ou en dollars — à partir de l’ère Ceaucescu ?

Dans la postface de l’édition de poche des Exilés, l’auteure tire cette conclusion : « Je ne serais pas née française si ma mère n’avait pas été vendue par son propre pays. On doit, parfois, la vie à une infamie. […]Ce livre met en lumière une réalité occultée, celle de tout un peuple qui, même après la Shoah, a continué d’être persécuté en Roumanie. Et que dire des réflexions maintes fois adressées à l’auteure depuis la parution du livre : « Eux, au moins, ils ont pu partir… » porteuses d’accusations à peine contenues.

Partager

A découvrir également sur Yedia

Whatsapp Yedia

Ne manquez plus aucun contenu sur Yedia en rejoignant notre groupe Whatsapp. Une diffusion quotidienne.

Newsletter Yedia

Vous souhaitez recevoir la newsletter mensuelle de Yedia avec l’ensemble des articles, podcasts, et vidéos du site. Inscrivez-vous ici sans plus attendre.

Facebook Yedia

Ne manquez plus aucun contenu sur Yedia en rejoignant notre communauté Instagram.

Youtube Yedia

Ne manquez plus aucun contenu sur Yedia en rejoignant notre groupe Whatsapp. Une diffusion quotidienne.

Spotify Yedia

Retrouvez tous nos podcasts sur Spotify.  Il suffit de vous abonner à notre chaîne pour les écouter directement.

Yedia est un média dédié au Judaïsme, à sa culture, son patrimoine, et à son identité. Grâce aux contributions de ses auteurs et producteurs de contenus, issus de tous horizons, il se veut le témoin de sa richesse, et de sa diversité.

Art et culture, langue et écriture, société, histoire, sciences, lifestyle, judaïsme, sont les thématiques qui traversent Yedia.
Articles, podcasts, vidéos, sont disponibles sur la plateforme et permettent à tous à tout moment de pouvoir accéder au contenu.
Enfin Yedia se veut ancré dans l’époque dont il est issu, voire même dans le futur. Une partie des contenus sont consultables dans un metaverse accessible depuis le site Yedia.
Dans un monde dans lequel le savoir se dilue plus rapidement que l’ignorance, nous pensons que la connaissance est faite pour être partagée…au plus grand nombre, à tous, sans distinction.

Partager sans distinguer, et distinguer la connaissance de la croyance, afin de la faire comprendre, simplement et au plus grand nombre.
Sans partage, il n’y a pas de lumière.


Et ce qui n’est pas éclairé, reste dans l’obscurité.

Newsletter

Abonnez vous à la Newsletter de Yedia

Il vous suffit de remplir le formulaire ci-dessous.

Sans partage, il n’y a pas de lumière.
Et ce qui n’est pas éclairé, reste dans l’obscurité.