fbpx
Yedia, partager le savoir
Rechercher
Les plus populaires

Simha Lehaim ! 7/10 : les raisins de la mémoire…

Chabbat sur la lune ?

À la redécouverte de Chavouot

Qui sont les Bnei Noah ? Ces chrétiens qui respectent les 7 lois de Noah…

Israël : Terre de biodiversité

Le divorce juif ou la destruction d’un petit temple

Astrologie juive : Le signe des gémeaux – Qui se ressemble s’assemble

L’expression : » Le dernier dernier le préféré »

Le musée ANU, siège de la mémoire du peuple juif

Le don de la Torah, le jour d’après…

Partager

La pastèque

Un récit ni tout à fait fable, ni tout à fait réalité, qui témoigne d'un amour éternel pour Jérusalem...
La pastèque, par Daniella Pinkstein

Je courais derrière elle, haletant, toujours à bout de force. J’avais la charge des paquets, sacs, cabas qui s’alourdissaient à chaque arrêt. Ma mère connaissait — sans exception — tous les marchands par leur nom, elle passait avec chacun d’interminables minutes à deviser en plusieurs langues.

Le marché de Mahané Yéhuda était mon sport du vendredi matin. À douze ans, j’étais déjà prêt pour les Olympiques toutes disciplines confondues. J’avais des bras de boxeur, des mollets de basketteur, une agilité de gymnaste et une endurance à toute épreuve pour avoir rattrapé, les bras surchargés, un nombre incalculable d’autobus sous, le plus souvent, un soleil de plomb mais aussi un froid saisissant ou une pluie torrentielle.

Maman marchait, courait, s’arrêtait, ralentissait comme un fleuve qui sait vers quelle rive il faudra un jour s’étendre. Je l’admirais dans sa frêle beauté, son ineffable confiance dans cette vie que le destin avait pourtant brisée plusieurs fois. J’étais son seul fils, un petit homme qu’elle voulait brave et qu’elle entraînait à cette seule fin. Rien pourtant ne l’émouvait. Ni mes incursions soudaines à tenter de marchander, ni le poids incommensurable des courses que j’assumais de porter sans gémir. Je la secondais comme un jeune page que les étals de toutes les formes et couleurs prétendaient divertir. Rien, non, ne l’impressionnait de mes efforts inconsidérés et qui passaient tous pour invisibles.

Il s’en fallut de peu pour que je devienne un adulte insignifiant. Un passager éternel parmi des étals bariolés, si Bensimon dans son grand chapeau de paille, sa gouaille rageuse, ne m’avait proposé le jour de mes treize ans, par une chaleur poisseuse, de choisir l’avatihah1, — fruit national sans lequel un repas ne saurait être complet. J’ai posé mes paquets, j’ai attendu que l’attention de ma mère se fixe enfin  sur mon bras qui se dépliait vers cette montagne de pastèques, et, parce qu’une occasion pareille n’arrive qu’une seule fois dans sa vie, me dressant sur la pointe des pieds, j’ai bravé la fatalité. J’ai parié mon cœur pour une pastèque. Me voulant plus fort qu’Hercule et plus habile que Salomon, j’ai fermement saisi l’une d’entre elles. Je l’ai d’abord soupesée, respirée, posée, reprise en main, secouée, l’ai écoutée à mon oreille, l’ai encore agitée. Je l’ai faite ensuite passer d’une main à l’autre, j’ai attendu, puis j’ai frappé sa coque verte à trois reprises, je l’ai lancée dans les airs, l’ai rattrapée d’une main, j’ai longuement soupesé, j’ai humé sa corolle jaune, j’ai une dernière fois frappé sa chair. Puis je l’ai posée.

Et j’ai recommencé encore le même scénario. Et encore.
Puis, je me suis emparé, au hasard, d’une des pastèques voisines

que j’ai alors tendue sans sourciller à Bensimon : « Celle- là ! »

Ma mère, abasourdie, me dévisagea. Elle partit subitement d’un éclat de rire aussi incroyable qu’insoupçonné. Et soudain, je vis son regard se confondre avec le bleu immense du ciel de Jérusalem.

extrait de l’ouvrage ’’Jérusalem, par une rosée de lumières’’ 

de Daniella Pinkstein  chez Biblieurope

crédit photo : Yael Ilan

 

Partager

A découvrir également sur Yedia

Whatsapp Yedia

Ne manquez plus aucun contenu sur Yedia en rejoignant notre groupe Whatsapp. Une diffusion quotidienne.

Newsletter Yedia

Vous souhaitez recevoir la newsletter mensuelle de Yedia avec l’ensemble des articles, podcasts, et vidéos du site. Inscrivez-vous ici sans plus attendre.

Facebook Yedia

Ne manquez plus aucun contenu sur Yedia en rejoignant notre communauté Instagram.

Youtube Yedia

Ne manquez plus aucun contenu sur Yedia en rejoignant notre groupe Whatsapp. Une diffusion quotidienne.

Spotify Yedia

Retrouvez tous nos podcasts sur Spotify.  Il suffit de vous abonner à notre chaîne pour les écouter directement.

Yedia est un média dédié au Judaïsme, à sa culture, son patrimoine, et à son identité. Grâce aux contributions de ses auteurs et producteurs de contenus, issus de tous horizons, il se veut le témoin de sa richesse, et de sa diversité.

Art et culture, langue et écriture, société, histoire, sciences, lifestyle, judaïsme, sont les thématiques qui traversent Yedia.
Articles, podcasts, vidéos, sont disponibles sur la plateforme et permettent à tous à tout moment de pouvoir accéder au contenu.
Enfin Yedia se veut ancré dans l’époque dont il est issu, voire même dans le futur. Une partie des contenus sont consultables dans un metaverse accessible depuis le site Yedia.
Dans un monde dans lequel le savoir se dilue plus rapidement que l’ignorance, nous pensons que la connaissance est faite pour être partagée…au plus grand nombre, à tous, sans distinction.

Partager sans distinguer, et distinguer la connaissance de la croyance, afin de la faire comprendre, simplement et au plus grand nombre.
Sans partage, il n’y a pas de lumière.


Et ce qui n’est pas éclairé, reste dans l’obscurité.

Newsletter

Abonnez vous à la Newsletter de Yedia

Il vous suffit de remplir le formulaire ci-dessous.

Sans partage, il n’y a pas de lumière.
Et ce qui n’est pas éclairé, reste dans l’obscurité.