fbpx
Yedia, partager le savoir
Rechercher
Les plus populaires

Simha Lehaim ! 7/10 : les raisins de la mémoire…

Chabbat sur la lune ?

À la redécouverte de Chavouot

Qui sont les Bnei Noah ? Ces chrétiens qui respectent les 7 lois de Noah…

Israël : Terre de biodiversité

Le divorce juif ou la destruction d’un petit temple

Astrologie juive : Le signe des gémeaux – Qui se ressemble s’assemble

L’expression : » Le dernier dernier le préféré »

Le musée ANU, siège de la mémoire du peuple juif

Le don de la Torah, le jour d’après…

Partager

Yeshiva Hesder ? Comment concilier l’étude de la Torah et le combat

On les a vus ces soldats, arme à l'épaule et kippa sur la tête, être au coeur des combats contre le Hamas à Gaza. Ils ont porté des sifrei Torah en territoire ennemi, organisé les prières de shabbat, et surtout ils ont propagé autour d’eux un message d’unité et de don de soi hors du commun. Nous vous proposons de découvrir ces soldats sortis des Yeshivot Hesder du pays.
Yeshiva Hesder ? Comment concilier l’étude de la Torah et le combat

Quand Tsahal, l’armée israélienne, est créée juste après l’indépendance de l’Etat d’Israël en 1948, une loi est votée obligeant tous les citoyens de 18 ans, hommes et femmes à un service militaire obligatoire.

Dès la promulgation de la loi, les jeunes hommes certifiant étudier la Torah à plein temps ont pu bénéficier d’un report d’incorporation et ainsi ceux qui  souhaitent restaient étudier à la yechiva jusqu’à l’âge de 26 ans étaient exemptés de service.

Avec les années, le nombre d’étudiants de yechivot a augmenté et la question de leur incorporation est au coeur d’un débat au sein de la société israélienne.

Mais dans les années 1950, certains rabbins sionistes ont estimé qu’il fallait trouver une solution pour concilier les études en yechiva et un service militaire, ce qui a  amené à la création d’un programme qualifié de Hesder (arrangement).le courant sioniste religieux a voulu offrir une option différente.

C’est en 1959 que l’accord sur les étudiants de yechivot est mis en place avec un groupe d’élèves de la yechiva Kerem Beyavné dans le centre du pays mais c’est surtout après la guerre des Six jours que plusieurs yechivot font entrer leurs élèves dans ce programme de Hesder.

L’accord permet aux jeunes hommes de servir cinq ans dans un cadre militaire dont 17 mois au sein de leur unité et le reste du temps dans la yechiva, tout en étant soldat durant toute la période mais sans porter d’uniformes ni faire d’entrainements.

En 1965, la Yechiva Kerem Beyavné devient ainsi la première yechivat hesder et c’est au nom de l’Union des Yechivot Hesder que son Roch Yechiva, le rav Haïm-Yaakov Goldwicht (1924-1994) a reçu en 1991, le prestigieux Prix d’Israël.

Avec plus 64 yechivot en 2023 et environ 10.000 élèves inscrits à ce programme, il s‘agit d’un programme majeur au sein de Tsahal.

La devise des yechivot hesder est « concilier des études profondes en Torah avec un service militaire de qualité » et ses étudiants l’ont prouvé durant la guerre contre le Hamas.

On estime qu’environ 40% des soldats tombés au combat dans la bande de Gaza provenaient du système éducatif sioniste religieux ce qui signifie que des dizaines d’étudiants de ces yechvot ont combattu au front depuis le début de la guerre.

Pour mieux connaitre ces yechivot, voici en quelques lignes des mini-portraits des plus connues.  

Yechivat Hakotel : créée en 1967 après la conquête de la vieille ville de Jérusalem, la Yechivat Hakotel, face au Mur occidental est réputée par les nombreux anciens élèves devenus des personnalités de la société israélienne comme les anciens ministres et rabbins Yitzhak Levy, Michaël Melchior et Rafi Peretz , le rabbin et romancier Haïm Sabato où le Rav Yeochoua Katz, rabbin de Maalé Adoumim.

Le vendredi soir, les élèves descendent en dansant vers le Kotel pour la prière de Kabalat Shabat.

Yechivat Har Etzion : dite aussi Yechivat Hagoush, la yechiva a été fondée à Kfar Etzion dans le Gush Etzion en 1968 puis s’est installée à Alon Shvout, juste en face.

Dirigée pendant des années par deux personnalités rabbiniques de premier plan, le Rav Yehouda Amital  et le Rav Aaron Lichtenstein, de mémoire bénies,  la Yechiva a une orientation proche du mouvement américain « modern orthodoxe » imposant une nouvelle manière  d’étudier par rapport aux autres yechivot sionistes en Israël.

Dirigée en 2023 par trois rabbins, le Rav Yaakov Medan, le Rav Barouch Guigui et le Rav Moché Lichtenstein, elle a été aussi pionnière dans le développement de l’étude du Tanach (la Bible) en créant l’Institut Herzog, voué à cet enseignement.

Deux juges de la Cour suprême, Noam Solberg et David Mintz sont des anciens élèves ainsi que l’actuel contrôleur de l’Etat Matityahou Engelman et même brièvement l’ancien émissaire du président américain Donald Trump, Jason Greenblat.    

Yechivat Birkat Moché : fondée en 1977 à Maalé Adoumim, la yechiva a été dirigée par le Rav Nahum-Eliezer Rabinowitz (1928-2020), une des grandes figures  intellectuelles du monde juif contemporain.   

Spécialiste du Rambam, talmudiste, philosophe et décisionnaire de premier plan, le Rav Rabinowitz avait fait de sa yechiva, l’une des plus prestigieuses d’Israël.

Rabbins, juristes, universitaires, officiers de Tsahal… de nombreux anciens élèves ont fait des carrières brillantes.

Or Etzion : située au Mercaz Shapira dans le sud du pays, la yechiva Or Etzion, dirigée pendant 45 ans par le Rav Haïm Druckman (1932-2022), se veut dans la lignée de la pensée du Rav Kook et a mis en avant l’importance du service militaire, créant également une école de préparation militaire hors de la Yechiva.

Le charisme et la place centrale du Rav Druckman au sein du sionisme religieux a donné ses lettres de noblesse à la Yechiva.

Alors que dans les années 1990, des yechivot hesder se sont créées en Judée-Samarie notamment à Har Bracha (sous la direction du rav Eliezer Melamed), Eilon Moré, Otniel et Efrat, ces dernières années, l’Union des yechivot Hesder a soutenu la création de yechivot dans les villes israéliennes avec l’intention d’influencer sur l’environnement urbain et apporter un nouvel esprit.

Il y a en 2023 des yechivot hesder à Sderot, Tel Aviv, Ramla, Eilat, Holon, Kyriat Shmona, Rehovot ou Modiin.

Celle de Sderot, devenue la plus grande du pays avec 600 élèves a été secouée par l’attaque sanglante du 7 octobre, le bâtiment de la yechiva se trouvant au centre de la petite ville du sud. Lors de l’attaque des commandos islamistes dans la ville, plusieurs élèves sont sortis combattre et d’ autres sont venus en aide aux blessés. Trois anciens élèves sont morts au combat dans Gaza depuis le 27 octobre.

A Yerouham, ville de développement dans le Negev, la yechiva crée en 2018 a eu 7 tués à Gaza, atteignant le triste record d‘anciens élèves d’une yechivat hesder tombés au combat. 

On ne peut pas écrire en français sur les yechivot hesder sans évoquer les deux yechivot dirigées par des rabbins francophones, Eikhal Eliahou et Or Vishoua.

Eikhal Eliahou à Kokhav Yaakov est la yechiva du rav Shaoul-David Botchko, qui a succédé à son père, le rav Moché Botchko (1917-2010), qui avait fait son aliyah en 1985 depuis Montreux, où la yechiva existait depuis 1927.

Or Vishoua a été créée en 2001 par le Rav Eliahou Zini à Haïfa. Le Rav Zini, fils du rabbin Meyer Zini, a été rabbin du Technion et professeur de mathématiques, avant de fonder cette yechiva, au centre d’une communauté qu’il dirige dans le quartier de Nevé Shaanan.

Depuis le début de la guerre, nous avons pu voir dans les médias et les réseaux sociaux de nombreux soldats religieux, faisant passer des messages d’unité et de fraternité, appelant les citoyens à maintenir l’entente et la solidarité. On a pu aussi être émus par  les initiatives de ces soldats comme ceux qui ont tenu à faire le kiddush  pour toute l’unité dans les tanks au cœur de Gaza  et transporter des Sifrei Torah avec eux en territoire ennemi, pour pouvoir lire  la parasha le shabbat. Le patriotisme et le dévouement des soldats de Tsahal n’est plus à prouver, nous ne pouvons que les admirer. 

 

  

  

    

Partager

A découvrir également sur Yedia

Whatsapp Yedia

Ne manquez plus aucun contenu sur Yedia en rejoignant notre groupe Whatsapp. Une diffusion quotidienne.

Newsletter Yedia

Vous souhaitez recevoir la newsletter mensuelle de Yedia avec l’ensemble des articles, podcasts, et vidéos du site. Inscrivez-vous ici sans plus attendre.

Facebook Yedia

Ne manquez plus aucun contenu sur Yedia en rejoignant notre communauté Instagram.

Youtube Yedia

Ne manquez plus aucun contenu sur Yedia en rejoignant notre groupe Whatsapp. Une diffusion quotidienne.

Spotify Yedia

Retrouvez tous nos podcasts sur Spotify.  Il suffit de vous abonner à notre chaîne pour les écouter directement.

Yedia est un média dédié au Judaïsme, à sa culture, son patrimoine, et à son identité. Grâce aux contributions de ses auteurs et producteurs de contenus, issus de tous horizons, il se veut le témoin de sa richesse, et de sa diversité.

Art et culture, langue et écriture, société, histoire, sciences, lifestyle, judaïsme, sont les thématiques qui traversent Yedia.
Articles, podcasts, vidéos, sont disponibles sur la plateforme et permettent à tous à tout moment de pouvoir accéder au contenu.
Enfin Yedia se veut ancré dans l’époque dont il est issu, voire même dans le futur. Une partie des contenus sont consultables dans un metaverse accessible depuis le site Yedia.
Dans un monde dans lequel le savoir se dilue plus rapidement que l’ignorance, nous pensons que la connaissance est faite pour être partagée…au plus grand nombre, à tous, sans distinction.

Partager sans distinguer, et distinguer la connaissance de la croyance, afin de la faire comprendre, simplement et au plus grand nombre.
Sans partage, il n’y a pas de lumière.


Et ce qui n’est pas éclairé, reste dans l’obscurité.

Newsletter

Abonnez vous à la Newsletter de Yedia

Il vous suffit de remplir le formulaire ci-dessous.

Sans partage, il n’y a pas de lumière.
Et ce qui n’est pas éclairé, reste dans l’obscurité.