fbpx
Yedia, partager le savoir
Rechercher
Les plus populaires

Podcast : 49

Podcast : la traversée

Ces Justes qui se sont levés pour Israël : Le Dr Adélaïde Hautval : ni juive, ni résistante, tout simplement humaine

Françoise Giroud, toute sa vie loin du judaïsme

La psychologie juive : carrefour entre spiritualité et psyché

Haïm Yossef David Azoulay — le ’HIDA (1724-1806) — 300e anniversaire

Laissez-nous grandir en paix !

« Notre seule arme, c’est de rester en vie » – Livre : La sage-femme d’Auschwitz

Yom Haatsmaout : Comment se réjouir lorsque tout un peuple souffre ?

La Shoah : Comment l’enseigner aux enfants

Partager

Yom Kippour et le jour d’avant

Le jeûne de Yom Kippour dure 25 heures. Il a pour vocation l’affaiblissement du corps afin que l’esprit soit ce jour-là en alerte. Le corps est le principal écran entre nous et le spirituel. Pourtant, lorsque l’on consulte le texte à propos de ce commandement annuel, il apparaît alors en filigrane des versets bibliques, un autre commandement tout à fait insolite.
Yom Kippour et le jour d’avant

Lisons le texte

« D.ieu parla à Moïse en disant : cependant, le dixième jour de ce septième mois, c’est le jour du Pardon ; ce sera une convocation sainte pour vous et vous mortifierez vos personnes[1]Lévitique 23 :27 » puis quelques versets plus loin dans le même chapitre : « Ce jour est pour vous un chômage absolu, où vous mortifierez vos personnes ; dès le neuf du mois au soir, depuis un soir jusqu’à l’autre, vous observerez votre chômage[2]Ibid. 32

Les Sages du Talmud[3]Traité Yoma, p. 81 soulèvent l’apparente contradiction et s’interrogent : « Mais jeûne-t-on vraiment le neuf du mois ? C’est le dix que l’on jeûne ! » conformément au verset initial.

Bien que dans son sens immédiat, le verset devait nous apprendre que le jeûne débute à la fin du neuvième jour, les Sages voient dans cet enchevêtrement, une allusion manifeste. Ils dévoilent : « La Torah nous enseigne ici que lorsque l’on mange et que l’on boit le neuf, c’est comme si on jeûnait à la fois le neuf et le dix ».

Il existe en effet une mitsva particulière de manger et de boire avant le jeûne de Kippour, un repas à caractère spirituel à consommer la veille du grand jeûne.

Comment comprendre cette directive ?

Mange et sois béni

Pour Rachi[4]Ibid. et Rabbénou Yona[5]Charei Téchouva 4 :10, la raison est très pragmatique. Le but est que nous ayons suffisamment de ressources physiques le lendemain pour assurer les longs offices en  abstinence.

Le Rabbénou Acher et son fils, le Tour[6]Chapitre 604, traduisent cela par de la bienveillance divine, qui dans un souci de ne pas en imposer trop, incite au festin la veille afin de renforcer l’organisme de ceux qui jeûnent le lendemain.

Certains comprennent qu’il y a un rapport direct avec l’idée du jour. Le Chibolei Haléket[7]Ibid. alinéa 4 explique que le festin la veille du jeûne amplifie le sentiment de privation du lendemain par ce passage contrasté du faste à l’austère.

Les Sages de la Kabbale y dévoilent un sens plus profond. Le Chlâa Hakadoch[8]Torah Or, chapitre 136 explique qu’un homme pourrait se méprendre en pensant que le pardon de D.ieu ne s’acquiert uniquement par l’avilissement du corps à Yom Kippour et que seul l’esprit est capable d’amener à ce salut. C’est pourquoi D.ieu ordonna, la veille du grand jeûne, que le corps contribue et s’unisse à l’esprit. Il explique que c’est précisément par le sentiment d’exaltation du corps la veille, combinée à l’élévation de l’esprit sans entrave le lendemain, que l’homme atteint la plénitude et aboutit à la proximité divine.

Ainsi, la Halakha[9]Michna Béroura, chap. 608, alinéa 18 (loi juive) stipule de consommer ce jour-là plus qu’à son habitude. Le Ari za’l alla même jusqu’à dire que la consommation de ce repas, faite dans un but pieux, a le pouvoir de réparer tous les repas de l’année.

Références

Références
1Lévitique 23 :27
2Ibid. 32
3Traité Yoma, p. 81
4Ibid.
5Charei Téchouva 4 :10
6Chapitre 604
7Ibid. alinéa 4
8Torah Or, chapitre 136
9Michna Béroura, chap. 608, alinéa 18

Partager

A découvrir également sur Yedia

Whatsapp Yedia

Ne manquez plus aucun contenu sur Yedia en rejoignant notre groupe Whatsapp. Une diffusion quotidienne.

Newsletter Yedia

Vous souhaitez recevoir la newsletter mensuelle de Yedia avec l’ensemble des articles, podcasts, et vidéos du site. Inscrivez-vous ici sans plus attendre.

Facebook Yedia

Ne manquez plus aucun contenu sur Yedia en rejoignant notre communauté Instagram.

Youtube Yedia

Ne manquez plus aucun contenu sur Yedia en rejoignant notre groupe Whatsapp. Une diffusion quotidienne.

Spotify Yedia

Retrouvez tous nos podcasts sur Spotify.  Il suffit de vous abonner à notre chaîne pour les écouter directement.

Yedia est un média dédié au Judaïsme, à sa culture, son patrimoine, et à son identité. Grâce aux contributions de ses auteurs et producteurs de contenus, issus de tous horizons, il se veut le témoin de sa richesse, et de sa diversité.

Art et culture, langue et écriture, société, histoire, sciences, lifestyle, judaïsme, sont les thématiques qui traversent Yedia.
Articles, podcasts, vidéos, sont disponibles sur la plateforme et permettent à tous à tout moment de pouvoir accéder au contenu.
Enfin Yedia se veut ancré dans l’époque dont il est issu, voire même dans le futur. Une partie des contenus sont consultables dans un metaverse accessible depuis le site Yedia.
Dans un monde dans lequel le savoir se dilue plus rapidement que l’ignorance, nous pensons que la connaissance est faite pour être partagée…au plus grand nombre, à tous, sans distinction.

Partager sans distinguer, et distinguer la connaissance de la croyance, afin de la faire comprendre, simplement et au plus grand nombre.
Sans partage, il n’y a pas de lumière.


Et ce qui n’est pas éclairé, reste dans l’obscurité.

Newsletter

Abonnez vous à la Newsletter de Yedia

Il vous suffit de remplir le formulaire ci-dessous.

Sans partage, il n’y a pas de lumière.
Et ce qui n’est pas éclairé, reste dans l’obscurité.