fbpx
Yedia, partager le savoir
Rechercher
Les plus populaires

Simha Lehaim ! 7/10 : les raisins de la mémoire…

Chabbat sur la lune ?

À la redécouverte de Chavouot

Qui sont les Bnei Noah ? Ces chrétiens qui respectent les 7 lois de Noah…

Israël : Terre de biodiversité

Le divorce juif ou la destruction d’un petit temple

Astrologie juive : Le signe des gémeaux – Qui se ressemble s’assemble

L’expression : » Le dernier dernier le préféré »

Le musée ANU, siège de la mémoire du peuple juif

Le don de la Torah, le jour d’après…

Partager

Tou Bichevat : La délivrance, le germe de l’invisible

Les fêtes du calendrier juif ne sont pas réduites à la dimension du rite; elles sont aussi une ouverture vers des dimensions qui s'inscrivent dans le temps et l'espace. Leurs dates ne laissent rien au "hasard". Tou bichvat, la fête du renouveau des arbres en est des nombreux exemples.

Au beau milieu de l’hiver, dans le silence des plaines et des forêts glacées, surgit une fête, une rencontre.

Tou Bichevat, le 15 du mois de Chevat, est le nouvel an des arbres. C’est le jour où la sève recommence à couler dans les arbres ; une renaissance silencieuse, invisible, qui permettra aux arbres de donner le meilleur d’eux-mêmes : des fruits sucrés et juteux.

En ce jour, on se réunit autour de plateaux de fruits et de gâteaux, de vins et de boissons alcoolisées et on récite des bénédictions. On prie, par exemple, pour mériter de trouver un beau cédrat pour la fête de Souccot, durant laquelle on agite chaque jour quatre espèces de fruits.

Quel est le secret de ce jour « invisible » mais si porteur de sens ?

1) Nos sages débattent au sujet du moment de la création. Rabbi Éliezer pense que la création a eu lieu en Tichri, tandis que Rabbi Yéhochoua est d’avis qu’elle a eu lieu en Nissan.

Le mois de Nissan est le mois de la renaissance, du renouveau des forces de la nature. C’est le mois de la libération des énergies enfouies. C’est aussi et surtout celui de la libération de l’enfer concentrationnaire égyptien. Du point de vue de la Torah, c’est le premier des mois de l’année. Il marque l’apparition du printemps — Aviv en hébreu. « Aviv » s’orthographie de telle manière que l’on peut le décomposer en deux mots : Av —le père, fondateur, géniteur —, et « iv », qui est formé de deux lettres, Youd et Beth, dont la valeur numérique est 12. Le mois du printemps-Aviv est ainsi le « père des 12 mois suivants ».

Tichri, en revanche, est le mois du Din — du jugement. C’est le mois de la réflexion, de la remise en cause.

Dans la perspective de cette discussion, il faut poser deux points supplémentaires pour avancer dans cette réflexion : le 1er Tichri et le 1er Nissan correspondent à la création d’Adam haRichone. La création de l’Univers a eu lieu 6 jours auparavant, le 25 Adar ou le 25 Eloul, selon les avis.

2) Nos sages nous enseignent que 40 jours avant la conception de l’embryon, une voix céleste proclame que la fille d’untel se marie avec untel. Nous pouvons accoler cet enseignement à la création du monde, qui correspond à une naissance : celle de la création. Parvenus à ce point, nous rencontrons deux fêtes du calendrier juif : le 15 Chevat — Tou Bi Chevat —, 40 jours avant le 25 Adar, et le 15 Av, 40 jours avant le 25 Eloul.

Tou Bichevat — le 15 Chevat — intervient donc 40 jours avant la création. C’est en ce jour mystérieux, enfoui dans les neiges, que tout se décide. Le 15 Av était le jour où les jeunes filles sortaient dans les champs pour permettre des rencontres avec de futurs prétendants. C’est le jour où se préparent les mariages. C’est un jour où le féminin se prépare à sa rencontre avec le masculin. Le 15 Chevat est un jour de procréation. La nature s’éveille et se prépare à produire. C’est le jour où le principe de procréation — un principe masculin — se met en marche.

3) Tou Bichevat est donc un jour où nous récitons des bénédictions. La Bénédiction est synonyme, dans le judaïsme, de multiplication.

Ce principe se retrouve dans la structure même de la racine du mot bra’ha — bénédiction. Cette racine est formée de trois lettres qui ont une valeur numérique double de celles qui les précèdent dans l’alphabet : Beth, ayant pour valeur numérique 2, précédant le Alef, qui a pour valeur 1 ; Rech, qui a pour valeur numérique 200, qui est précédée du Kouf, dont la valeur numérique est 100 ; et enfin Khaf, qui a une valeur numérique de 20, précédée du Youd, dont la valeur numérique est 10. Le doublement d’un nombre est la plus petite manifestation de la multiplication.

Le mot bra’ha — bénédiction — contient donc en lui ce que nous nous préparons à vivre à partir de Tou Bichevat : la multiplication. La sève recommence à couler dans les arbres. Ceux-ci vont donner des fruits. La nature va produire. La nature va connaître un phénomène de croissance, de multiplication.

Ce constructeur silencieux et invisible nous révélera sa force lorsque nous verrons, quelques mois plus tard, des champs, des vergers et des palmeraies débordants de « bénédictions ».

C’est aussi un des thèmes les plus centraux du Judaïsme : la délivrance germe de l’invisible.

Partager

A découvrir également sur Yedia

Whatsapp Yedia

Ne manquez plus aucun contenu sur Yedia en rejoignant notre groupe Whatsapp. Une diffusion quotidienne.

Newsletter Yedia

Vous souhaitez recevoir la newsletter mensuelle de Yedia avec l’ensemble des articles, podcasts, et vidéos du site. Inscrivez-vous ici sans plus attendre.

Facebook Yedia

Ne manquez plus aucun contenu sur Yedia en rejoignant notre communauté Instagram.

Youtube Yedia

Ne manquez plus aucun contenu sur Yedia en rejoignant notre groupe Whatsapp. Une diffusion quotidienne.

Spotify Yedia

Retrouvez tous nos podcasts sur Spotify.  Il suffit de vous abonner à notre chaîne pour les écouter directement.

Yedia est un média dédié au Judaïsme, à sa culture, son patrimoine, et à son identité. Grâce aux contributions de ses auteurs et producteurs de contenus, issus de tous horizons, il se veut le témoin de sa richesse, et de sa diversité.

Art et culture, langue et écriture, société, histoire, sciences, lifestyle, judaïsme, sont les thématiques qui traversent Yedia.
Articles, podcasts, vidéos, sont disponibles sur la plateforme et permettent à tous à tout moment de pouvoir accéder au contenu.
Enfin Yedia se veut ancré dans l’époque dont il est issu, voire même dans le futur. Une partie des contenus sont consultables dans un metaverse accessible depuis le site Yedia.
Dans un monde dans lequel le savoir se dilue plus rapidement que l’ignorance, nous pensons que la connaissance est faite pour être partagée…au plus grand nombre, à tous, sans distinction.

Partager sans distinguer, et distinguer la connaissance de la croyance, afin de la faire comprendre, simplement et au plus grand nombre.
Sans partage, il n’y a pas de lumière.


Et ce qui n’est pas éclairé, reste dans l’obscurité.

Newsletter

Abonnez vous à la Newsletter de Yedia

Il vous suffit de remplir le formulaire ci-dessous.

Sans partage, il n’y a pas de lumière.
Et ce qui n’est pas éclairé, reste dans l’obscurité.