fbpx
Yedia, partager le savoir
Rechercher
Les plus populaires

Podcast : 49

Podcast : la traversée

Ces Justes qui se sont levés pour Israël : Le Dr Adélaïde Hautval : ni juive, ni résistante, tout simplement humaine

Françoise Giroud, toute sa vie loin du judaïsme

La psychologie juive : carrefour entre spiritualité et psyché

Haïm Yossef David Azoulay — le ’HIDA (1724-1806) — 300e anniversaire

Laissez-nous grandir en paix !

« Notre seule arme, c’est de rester en vie » – Livre : La sage-femme d’Auschwitz

Yom Haatsmaout : Comment se réjouir lorsque tout un peuple souffre ?

La Shoah : Comment l’enseigner aux enfants

Partager

Shabbat et relâche créatrice

Nos maîtres racontent l’histoire d’un mariage merveilleux. Le fiancé était apprêté de ses plus beaux apparats. Les invités se délectaient des mets les plus délicieux, les meilleurs vins coulaient dans les verres des sommeliers, pendant que la mélodie des violons se baladait dans les jardins magnifiques qui servaient de scène à cette union. Tout était là, oui tout. Sauf la mariée ! [Voir Bereshit Rabba 11,8]
Shabbat et relâche créatrice

Nos maîtres racontent l’histoire d’un mariage merveilleux. Le fiancé était apprêté de ses plus beaux apparats.

Les invités se délectaient des mets les plus délicieux, les meilleurs vins coulaient dans les verres des sommeliers, pendant que la mélodie des violons se baladait dans les jardins magnifiques qui servaient de scène à cette union.

Tout était là, oui tout. Sauf la mariée ! [Voir Bereshit Rabba 11,8]

Évidemment sans elle le mariage n’a aucun sens, peu importe tout ce qui se passe autour.

Et il y a là une idée primordiale, un concept que seuls nos sages dans leur génie métaphorique sont capables de transmettre au travers de fables aussi parlantes.

En effet, on ne peut pas se passer de l’essentiel. On aurait pu dire :  tout était là sauf n’importe quoi d’autre, mais pas sauf la mariée !

Un livre peut manquer de couleurs mais pas de lettres. La vie tolère l’imperfection, mais elle exige un sens, une âme.

Les actes s’ils supportent la maladresse, implorent une signification. De même le couple survit à toutes les difficultés, mais l’affection et l’admiration pour l’autre sont fondamentales.

Pour tout élément, personne ou événement, il faut toujours différencier les ingrédients dont l’absence est un simple défaut et ceux dont l’absence remet en cause l’existence même.

Cette idée est encore plus approfondie dans l’analyse textuelle d’un des passages les plus célèbres de la Torah.

« Vaykhoulou hashamayime vehaarets vekhol tseva’ame » est traduit généralement par « Ainsi furent achevés les cieux et la terre avec tout ce qu’ils renferment ».

Mais une traduction plus littérale interpréterait le verbe « achever » par « devenir utile » ou « prendre forme ».

En fait, avant Shabbat, tout existait mais rien n’était utile, il manquait la forme.

Imaginez par exemple que les vaches virevoltaient dans les airs, les étoiles étaient plantées dans la terre ou encore les arbres sens dessus dessous…

Shabbat, c’est la mise en ordre, l’apparition de ce qui existe déjà mais qui n’a pas de forme, de but.

Ainsi, toute la semaine nous fabriquons notre vie au travers des péripéties qui jalonnent notre existence.

Durant Shabbat, on prend le recul indispensable pour se retrouver, ce qu’on a réalisé prend forme, et devient utilisable au mieux dès la semaine suivante.

Shabbat est dépositaire d’un bonheur indispensable à l’évolution, car pris dans le tourbillon des activités quotidiennes et dans le labyrinthe des obligations communes, la relâche nécessaire pour apprécier la réalisation passée et pour mettre en place la prochaine étape semble impossible. [Voir complément de texte*]

Imaginez, un enfant qui dessine une maison sur une feuille blanche A4, mais au lieu d’utiliser des crayons de couleurs, il préfère l’aide d’un tube de colle UHU.

Évidemment, rien n’apparaît sur la feuille. Alors il recouvre entièrement la feuille à l’aide de paillettes de couleur.

Bien que la colle ait déjà attrapé les paillettes qui formeront la maison, aucune forme n’est encore visible.

Alors l’enfant lève la feuille de ses deux mains, approche son visage et avec ce charme innocent propre aux enfants, il souffle légèrement sur la feuille et la maison apparaît comme par magie, là où elle a toujours été.

Voilà Shabbat, c’est ce souffle qui permet tout et sans quoi rien n’est possible. [Voir Bereshit Rabba 10,2]

Le Shabbat a cela de merveilleux qu’il rend tout utile, avant lui rien n’a de sens, après son passage tout prend vie.

En fait, pour tout vous dire, nos sages enseignent que la véritable mariée de la métaphore, c’est le Shabbat !

Tout le reste n’est qu’application de ce principe.

Partager

A découvrir également sur Yedia

Whatsapp Yedia

Ne manquez plus aucun contenu sur Yedia en rejoignant notre groupe Whatsapp. Une diffusion quotidienne.

Newsletter Yedia

Vous souhaitez recevoir la newsletter mensuelle de Yedia avec l’ensemble des articles, podcasts, et vidéos du site. Inscrivez-vous ici sans plus attendre.

Facebook Yedia

Ne manquez plus aucun contenu sur Yedia en rejoignant notre communauté Instagram.

Youtube Yedia

Ne manquez plus aucun contenu sur Yedia en rejoignant notre groupe Whatsapp. Une diffusion quotidienne.

Spotify Yedia

Retrouvez tous nos podcasts sur Spotify.  Il suffit de vous abonner à notre chaîne pour les écouter directement.

Yedia est un média dédié au Judaïsme, à sa culture, son patrimoine, et à son identité. Grâce aux contributions de ses auteurs et producteurs de contenus, issus de tous horizons, il se veut le témoin de sa richesse, et de sa diversité.

Art et culture, langue et écriture, société, histoire, sciences, lifestyle, judaïsme, sont les thématiques qui traversent Yedia.
Articles, podcasts, vidéos, sont disponibles sur la plateforme et permettent à tous à tout moment de pouvoir accéder au contenu.
Enfin Yedia se veut ancré dans l’époque dont il est issu, voire même dans le futur. Une partie des contenus sont consultables dans un metaverse accessible depuis le site Yedia.
Dans un monde dans lequel le savoir se dilue plus rapidement que l’ignorance, nous pensons que la connaissance est faite pour être partagée…au plus grand nombre, à tous, sans distinction.

Partager sans distinguer, et distinguer la connaissance de la croyance, afin de la faire comprendre, simplement et au plus grand nombre.
Sans partage, il n’y a pas de lumière.


Et ce qui n’est pas éclairé, reste dans l’obscurité.

Newsletter

Abonnez vous à la Newsletter de Yedia

Il vous suffit de remplir le formulaire ci-dessous.

Sans partage, il n’y a pas de lumière.
Et ce qui n’est pas éclairé, reste dans l’obscurité.