fbpx
Yedia, partager le savoir
Rechercher
Les plus populaires

En attendant Shabbat… Paracha Ki Tissa : du veau d’or à la Tsedaka, l’apprentissage de la relation au divin

Nussi Lieberman : Just Nussi !!

Hanan ben Ari, un nom qui rassemble toutes les couleurs du peuple israélien

Chronique cinéma : La Zone d’intérêt ou la banalisation du mal

Astrologie juive : le signe du verseau : le seau de l’abondance

Les Yedidim : votre panne en vaut la peine

En attendant Shabbat… Paracha Tétsavé : élever son élève

« La terre est plate comme une orange » Paul Eluard – L’astronomie juive

En attendant Shabbat…Paracha Terouma: faire de nos coeurs un mishkan

En attendant Chabbat… la paracha Mishpatim

Partager

Les Téfilines ou l’écriture sainte qui transcende la corporéité

Suite à la visite amicale de juifs francophones et religieux, le commandant d’une base de Tsahal, prit la décision, assez incroyable pour un homme totalement laïque, de mettre tous les jours ses Téfilines, convaincu que le mérite spirituel procuré par l’accomplissement de ce commandement divin, protègerait ses soldats…
Les Téfilines ou l’écriture sainte qui transcende la corporéité

Que sont les Téfilines et que représentent-ils ?

Les Téfilines sont l’un des symboles les plus forts du judaïsme. Dans un précédent article sur les Tsitsit, nous avons pris conscience de l’enjeu spirituel considérable que ces fils de lumière représentaient. Les Téfilines représentent un défi encore plus grand, celui d’une redéfinition de l’humain vers une maîtrise de son animalité. Il faut d’abord  savoir qu’il existe deux Téfilines, ceux de la tête et ceux du bras. Il s’agit, dans les deux cas, d’une boîte noire cubique en cuir, issue d’un animal apte à la consommation, d’après les critères de la loi juive. Sous cette boîte passent des lanières elles aussi en cuir . 

La matière des Téfilines

Les Téfilines, aussi bien les boîtiers, les lanières que les parchemins, sont en cuir. Les commandements de la Torah sont d’une extrême précision et chaque détail est porteur d’enseignements. Pourquoi un message si élevé spirituellement  est-il écrit sur une peau de bête travaillée ? La réponse que nous tenterons de donner est la suivante : la Torah ne nie pas le caractère bestial de l’homme. À bien des égards, nous nous apparentons aux animaux. Ce qu’il nous est demandé, c’est précisément de dominer cette animalité. 

Que contiennent ces Téfilines ?

Aussi bien les Téfilines de la tête que ceux du bras contiennent des parchemins sur lesquels sont inscrits quatre passages de la Torah. Ces extraits du texte sacré traitent de différentes problématiques, mais contiennent tous, de manière explicite, un verset, à l’exemple de celui-ci : « vous les attacherez en signe sur votre bras et en tant que rappel entre vos yeux » (Dévarim 6,8).

 Pourquoi sur la tête et sur le bras ?

L’obligation que nous avons d’attacher les Téfilines sur la tête et le bras n’est évidemment pas fortuite. La tête est le siège de la pensée ; le fait de mettre les Téfilines de la tête signifie de manière très claire la prise de conscience de l’enjeu que représentent nos pensées et la nécessité de les soumettre à l’impératif divin. Le bras représente la capacité d’agir en ce monde, impliquant la faculté de changer l’ordre des choses dans notre environnement immédiat et lointain. Mettre les Téfilines sur le bras signifie notre volonté de nous positionner en tant qu’acteurs de la volonté divine. En d’autres termes, la pose des Téfilines nous sort d’une position de neutralité vers un engagement clair au service du verbe divin.

Les messages des parchemins

Un des messages principaux des parchemins des Téfilines est le récit de la  sortie d’Égypte, s’inscrivant dans le devoir de mémoire de tout juif. La sortie d’Égypte a constitué une école sans précédent pour tous ceux qui y ont assisté. La manifestation des dix plaies, la spectaculaire ouverture de la mer des Joncs, ont prouvé au monde entier, sans qu’il soit possible d’émettre la moindre objection, d’une part l’existence du Créateur et d’autre part son omnipotence. 

Un autre message central, est le célèbre ‘’Shema Israël’’ : « Écoute Israël, l’Éter-nel est notre D.ieu, l’Éter-nel est un » (Dévarim 6,4).  Cette proclamation du monothéisme, sous forme de déclaration prononcée quotidiennement par les Juifs, est  également  répétée par les martyrs juifs, tout au long de l’Histoire, alors lorsqu’ils étaient au seuil de la mort…

Les Téfilines du Créateur

Aussi incroyable que  puisse paraître , le Créateur de l’univers met Lui aussi les Téfilines. Le traité Brakhot (6a) expose clairement cette idée. Se pose alors la question de savoir ce qui est écrit sur les Téfilines du Créateur. Le Talmud répond à cette question sans la moindre ambiguïté : il est écrit le verset : « Qui est comme ton peuple Israël, nation unique sur terre » (Divré Hayamim 1,17,21). Cette double proclamation d’unicité ne manque pas de nous interpeller. Le peuple juif proclame l’unicité du Créateur et parallèlement, le Créateur proclame l’aspect unique du peuple d’Israël. On comprendra donc bien le caractère central des Téfilines, puisque l’unicité du Créateur constitue le message principal de la Torah, duquel vont découler tous ses riches enseignements.

Le point de vue de la ‘Hassidout   

Rabbi Yossef-Yits’hak Schneerson de Loubavitch faisait remarquer que les Téfilines du Créateur sont entièrement consacrés au peuple d’Israël et à son caractère unique, de la même façon que les Téfilines du peuple juif exaltent l’unicité du Créateur. De ce fait, il en ressort que le peuple juif constitue, en quelque sorte, par un glissement analogique, les Téfilines du Créateur. Rabbi Lévy-Yits’hak de Berditchev, surnommé le « Défenseur d’Israël », s’adressait à D-ieu en le suppliant de se comporter à notre égard comme un juif qui verrait ses Téfilines tomber à terre et qui les ramasserait. Ainsi  il disait en ces termes : « Tes Téfilines, le peuple juif, sont tombés au fond d’un amer exil… Puisses-Tu les relever et mettre fin à cet exil ! »  

 

Comme nous venons de le voir, les Téfilines constituent un objet de culte d’une importance primordiale et accompagnent  dans son parcours spirituel quotidiennement le juif, dès lors qu’il est religieusement adulte, dès l’âge de 13 ans. Cela ne comprend pas toutefois le Chabbath et les fêtes. Il est à noter que les femmes en sont dispensées, comme c’est le cas pour les Mitsvot dont l’accomplissement est déterminé par le temps.

 

Le message principal des Téfilines est la proclamation de l’unité du Créateur, cette proclamation étant l’essence même du judaïsme, donnant de la sorte tout leur sens aux pérégrinations du peuple juif à travers le monde.



Partager

A découvrir également sur Yedia

Whatsapp Yedia

Ne manquez plus aucun contenu sur Yedia en rejoignant notre groupe Whatsapp. Une diffusion quotidienne.

Newsletter Yedia

Vous souhaitez recevoir la newsletter mensuelle de Yedia avec l’ensemble des articles, podcasts, et vidéos du site. Inscrivez-vous ici sans plus attendre.

Facebook Yedia

Ne manquez plus aucun contenu sur Yedia en rejoignant notre communauté Instagram.

Youtube Yedia

Ne manquez plus aucun contenu sur Yedia en rejoignant notre groupe Whatsapp. Une diffusion quotidienne.

Spotify Yedia

Retrouvez tous nos podcasts sur Spotify.  Il suffit de vous abonner à notre chaîne pour les écouter directement.

Yedia est un média dédié au Judaïsme, à sa culture, son patrimoine, et à son identité. Grâce aux contributions de ses auteurs et producteurs de contenus, issus de tous horizons, il se veut le témoin de sa richesse, et de sa diversité.

Art et culture, langue et écriture, société, histoire, sciences, lifestyle, judaïsme, sont les thématiques qui traversent Yedia.
Articles, podcasts, vidéos, sont disponibles sur la plateforme et permettent à tous à tout moment de pouvoir accéder au contenu.
Enfin Yedia se veut ancré dans l’époque dont il est issu, voire même dans le futur. Une partie des contenus sont consultables dans un metaverse accessible depuis le site Yedia.
Dans un monde dans lequel le savoir se dilue plus rapidement que l’ignorance, nous pensons que la connaissance est faite pour être partagée…au plus grand nombre, à tous, sans distinction.

Partager sans distinguer, et distinguer la connaissance de la croyance, afin de la faire comprendre, simplement et au plus grand nombre.
Sans partage, il n’y a pas de lumière.


Et ce qui n’est pas éclairé, reste dans l’obscurité.

Newsletter

Abonnez vous à la Newsletter de Yedia

Il vous suffit de remplir le formulaire ci-dessous.

Sans partage, il n’y a pas de lumière.
Et ce qui n’est pas éclairé, reste dans l’obscurité.