fbpx
Yedia, partager le savoir
Rechercher
Les plus populaires

Podcast : 49

Podcast : la traversée

Ces Justes qui se sont levés pour Israël : Le Dr Adélaïde Hautval : ni juive, ni résistante, tout simplement humaine

Françoise Giroud, toute sa vie loin du judaïsme

La psychologie juive : carrefour entre spiritualité et psyché

Haïm Yossef David Azoulay — le ’HIDA (1724-1806) — 300e anniversaire

Laissez-nous grandir en paix !

« Notre seule arme, c’est de rester en vie » – Livre : La sage-femme d’Auschwitz

Yom Haatsmaout : Comment se réjouir lorsque tout un peuple souffre ?

La Shoah : Comment l’enseigner aux enfants

Partager

Les anges dans le judaïsme : gardiens célestes et messagers divins

Dans les traditions juives, les anges jouent un rôle significatif en tant qu’intermédiaires entre le Divin et l’humain, servant de messagers, de protecteurs et d’agents de la volonté divine. Le concept d’ange est profondément enraciné dans les écritures et la théologie juives, offrant une perspective fascinante sur ces êtres célestes. Dans cet article, nous explorerons l’histoire des anges dans le judaïsme, qui ils sont, leurs rôles, leurs noms et si nous pouvons les évoquer.
Les Anges dans le Judaïsme : Gardiens Célestes et Messagers Divins

Les anges dans la Bible

Les anges apparaissent à plusieurs reprises dans la Bible. Dans leurs premières apparitions, ils fonctionnent comme des porteurs d’informations. Dans la Genèse, un ange apparaît à Agar, la servante de Sarah, et lui annonce qu’elle donnera naissance à un fils dont la descendance sera nombreuse. Une rencontre similaire se produit plus tard avec Sarah elle-même, lorsque trois visiteurs lui annoncent qu’elle donnera naissance l’année suivante. Lorsqu’Abraham se prépare plus tard à sacrifier cet enfant, son fils Isaac, c’est un « ange de D.ieu » qui crie vers lui et lui demande de ne pas faire de mal au garçon.

Parmi les histoires les plus célèbres d’anges dans la Bible citons la rencontre entre le patriarche Jacob et un ange avec qui il lutte toute la nuit. Le matin, lorsque Jacob demande à son adversaire de s’identifier, l’ange lui reproche de poser la question. Ensuite, Jacob nomme l’endroit « P’niel » — littéralement « face de D.ieu ». En expliquant ce choix, la Torah laisse entendre que l’adversaire avec lequel il lutte était un émissaire de D.ieu : « J’ai vu un être divin face à face, et pourtant ma vie a été préservée. »

Dans les livres des Prophètes, les anges continuent d’accomplir leur fonction de messagers, mais ils sont également associés à des visions et à des prophéties. Un récit particulièrement détaillé est enregistré dans le premier chapitre d’Ézéchiel. Le prophète rencontre quatre créatures — « h’ayot » en hébreu — qui ressemblent à des êtres humains, mais qui ont chacune quatre visages — humain, lion, bœuf et aigle —, quatre ailes et dont les deux jambes sont fusionnées en une seule. Une vision parallèle est enregistrée dans le dixième chapitre, mais là, les anges sont décrits comme des chérubins.

Toutes les figures angéliques de la Bible ne sont pas identifiées comme telles. Les trois visiteurs venus à Abraham et Sarah sont décrits dans le texte comme des anashim — ou des hommes —, bien que les sources rabbiniques indiquent qu’ils étaient des anges. De même, l’ange qui est apparu à Jacob est simplement décrit comme un ish — ou un homme. Lorsque les anges bibliques sont invités à s’identifier, ils refusent. Dans le Livre des Juges, Manoah, le père de Samson demande son nom à un ange qui avait prophétisé un enfant pour sa femme stérile. L’ange refuse, disant que son nom est inconnu. Le Livre de Daniel est la première fois dans la Bible où des anges nommés apparaissent : Gabriel et Michael.

Les anges dans la littérature rabbinique ancienne

La littérature rabbinique développe considérablement la nature des anges et leur rôle dans les récits bibliques. Le Midrash identifie Michael, Gabriel, Uriel et Raphaël comme les quatre principaux anges qui entourent le trône divin, chacun ayant des attributs particuliers. Le Talmud identifie Michael, Gabriel et Raphaël comme les trois anges qui ont visité Abraham pour lui annoncer que sa femme donnerait naissance à un fils. Bien que la Bible mentionne que les hommes ont mangé un repas préparé par Abraham, les rabbins stipulent que le trio a seulement semblé manger — car, étant des anges, ils ne sont pas des êtres physiques, mais simplement des ressemblances.

Le Midrash inclut de nombreuses représentations fantaisistes des anges. Selon une source, Michael est fait entièrement de neige et Gabriel entièrement de feu, mais malgré leur proximité, ils ne se font pas de mal l’un à l’autre — un symbole du pouvoir de D.ieu de faire la paix dans ses hauteurs élevées. Plusieurs sources midrashiques identifient Michael comme le défenseur céleste d’Israël en désaccord avec le démon Samaël.

Un autre Midrash décrit un débat parmi les anges sur la question de savoir si les êtres humains devraient être créés. Dans ce débat, l’ange de l’amour est en faveur de la création des humains, en raison de leur capacité à exprimer l’amour, mais l’ange de la vérité n’est pas d’accord, craignant que les humains ne soient enclins aux mensonges. Pour soutenir la création des humains, D.ieu montre aux anges des exemples de Justes de la Bible, mais l’ange de la terre se rebelle et refuse à l’ange Gabriel la poussière dont il a besoin pour la création des êtres humains, craignant que les humains ne dévastent la terre.

Le Talmud rapporte un enseignement selon lequel deux anges ministériels — l’un bon et l’autre mauvais — accompagnent une personne chez elle depuis la synagogue le soir du Chabbat. S’ils trouvent que la maison de la personne est préparée pour le Chabbat, le bon ange déclare : « Que cela soit ta volonté que cela soit ainsi pour un autre Chabbat », et le mauvais ange de répondre malgré lui : « Amen. » Si la maison n’est pas préparée, l’inverse se produit : le mauvais ange exprime le souhait que ce soit ainsi pour une autre semaine et le bon ange répond « Amen. » Shalom Aleichem, une chanson liturgique accueillant les anges dans la maison avant le repas du shabbat, est inspirée par cet enseignement.

Comme dans le Midrash, les anges dans le Talmud se disputent parfois avec D.ieu, leur conférant un degré d’indépendance qui complique la notion d’anges en tant que simples messagers exécutant des objectifs divins. Les Rabbins du Talmud pouvaient craindre que les anges ne deviennent des objets de culte en eux-mêmes, une préoccupation que certains comprennent derrière divers textes talmudiques indiquant que les personnes justes peuvent égaler ou même surpasser la sainteté des anges. Dans le traité Sanhédrin, le Talmud déclare que les personnes justes sont plus grandes que les anges ministériels. Cette conception souligne la valeur de l’humanité et son potentiel à atteindre des niveaux spirituels élevés.

Présences et Rôles

Les anges sont présents dans de nombreux aspects de la vie spirituelle et quotidienne selon la tradition juive. Leur rôle principal est d’accomplir les volontés de D.ieu, agissant comme des messagers entre le Divin et les humains. Ils peuvent apporter des messages divins, protéger les individus, intervenir dans des événements historiques ou même punir les méchants.

Parmi les rôles des anges dans le judaïsme, on trouve :

Messagers Divins : les anges servent souvent de messagers entre D.ieu et les prophètes, transmettant des visions, des révélations ou des instructions divines.

Gardiens et Protecteurs : certains anges sont associés à la protection individuelle, veillant sur les personnes ou les communautés et les guidant vers le bien.

Intervenants Divins : dans certains récits bibliques, les anges interviennent directement dans les événements humains, apportant la justice divine ou accomplissant des miracles.

Chants Célestes : dans la tradition juive, les anges sont souvent décrits comme chantant des louanges à D.ieu dans les sphères célestes, contribuant ainsi à la musique et à la splendeur du royaume divin.

Noms des Anges

Bien que la Bible hébraïque mentionne plusieurs anges, elle ne donne pas toujours de noms spécifiques. Cependant, la tradition juive ultérieure a développé une liste de noms d’anges basée sur diverses sources, y compris des textes mystiques comme le Zohar.

Certains des anges les plus connus dans la tradition juive incluent :

Michael : souvent considéré comme le chef des anges, il est associé à la force et à la protection.

Gabriel : connu pour être le messager divin, il est impliqué dans de nombreuses annonces importantes.

Raphael : souvent associé à la guérison et à l’accompagnement des voyageurs.

Uriel : souvent interprété comme un ange de lumière et de sagesse.

Il existe de nombreux autres anges mentionnés dans la littérature juive, chacun ayant son propre rôle et sa propre signification.

Évoquer les Anges dans le Judaïsme

La question de savoir s’il est approprié d’évoquer les anges dans le judaïsme est sujette à interprétation. Dans la tradition juive, la prière est toujours adressée directement à D.ieu plutôt qu’aux anges. Cependant, il existe des pratiques mystiques et des enseignements ésotériques qui impliquent l’invocation d’anges pour diverses fins, telles que la protection, la guérison ou la guidance spirituelle. Ces pratiques sont généralement réservées à des initiés et sont souvent entourées de rituels et de précautions spécifiques.

Certains courants mystiques du judaïsme, tels que la Kabbale, ont développé des systèmes complexes d’invocation et de méditation impliquant les noms et les attributs des anges. Cependant, il est important de noter que toutes ces pratiques doivent être entreprises avec respect et discernement, en accord avec les enseignements et les valeurs de la tradition juive.

Les anges occupent une place importante dans la spiritualité juive, servant de messagers et d’agents de la volonté divine. Leur présence est profondément enracinée dans les textes sacrés et la tradition juive, offrant une perspective fascinante sur la relation entre le Divin et l’humain. Bien que la question de l’invocation des anges reste sujette à débat, leur rôle dans la protection, la guidance et la transmission des messages divins continue d’inspirer et de fasciner les croyants du judaïsme à travers les âges.

Partager

A découvrir également sur Yedia

Whatsapp Yedia

Ne manquez plus aucun contenu sur Yedia en rejoignant notre groupe Whatsapp. Une diffusion quotidienne.

Newsletter Yedia

Vous souhaitez recevoir la newsletter mensuelle de Yedia avec l’ensemble des articles, podcasts, et vidéos du site. Inscrivez-vous ici sans plus attendre.

Facebook Yedia

Ne manquez plus aucun contenu sur Yedia en rejoignant notre communauté Instagram.

Youtube Yedia

Ne manquez plus aucun contenu sur Yedia en rejoignant notre groupe Whatsapp. Une diffusion quotidienne.

Spotify Yedia

Retrouvez tous nos podcasts sur Spotify.  Il suffit de vous abonner à notre chaîne pour les écouter directement.

Yedia est un média dédié au Judaïsme, à sa culture, son patrimoine, et à son identité. Grâce aux contributions de ses auteurs et producteurs de contenus, issus de tous horizons, il se veut le témoin de sa richesse, et de sa diversité.

Art et culture, langue et écriture, société, histoire, sciences, lifestyle, judaïsme, sont les thématiques qui traversent Yedia.
Articles, podcasts, vidéos, sont disponibles sur la plateforme et permettent à tous à tout moment de pouvoir accéder au contenu.
Enfin Yedia se veut ancré dans l’époque dont il est issu, voire même dans le futur. Une partie des contenus sont consultables dans un metaverse accessible depuis le site Yedia.
Dans un monde dans lequel le savoir se dilue plus rapidement que l’ignorance, nous pensons que la connaissance est faite pour être partagée…au plus grand nombre, à tous, sans distinction.

Partager sans distinguer, et distinguer la connaissance de la croyance, afin de la faire comprendre, simplement et au plus grand nombre.
Sans partage, il n’y a pas de lumière.


Et ce qui n’est pas éclairé, reste dans l’obscurité.

Newsletter

Abonnez vous à la Newsletter de Yedia

Il vous suffit de remplir le formulaire ci-dessous.

Sans partage, il n’y a pas de lumière.
Et ce qui n’est pas éclairé, reste dans l’obscurité.