fbpx
Yedia, partager le savoir
Rechercher
Les plus populaires

 »Ein mazal le Israël »

Maoris et judaïsme : entre mythe et réalités

Yenki : comment son permis de conduire devient un permis de vivre

Forts, ensemble et unis : Israël se mobilise

Palestine : Histoire d’un concept sensible

Le Tsitsit, réceptacle de la lumière divine

Le courage des femmes de la Bible durant les guerres

Les livres qui parlent aux enfants israéliens de la guerre…

Les plus belles chansons israéliennes écrites depuis le 7 Octobre 2023

Le Hamas en 3 1/2 minutes

Partager

Le prénom juif ou l’appel du destin

Le prénom juif dans le judaïsme a une signification profonde et spirituelle qui peut être perçue à plusieurs niveaux. Les Sages du Midrash nous enseignent que les Hébreux furent délivrés d’Égypte par le mérite de ne pas avoir changé leurs prénoms.
Le prénom juif ou l'appel du destin

Pour de nombreux Juifs, le prénom est considéré comme étant un élément clé de l’identité religieuse et culturelle d’une personne en raison de son lien avec la tradition juive et les générations antérieures. Les Sages du Midrash nous enseignent que les Hébreux furent délivrés d’Égypte par le mérite de ne pas avoir changé leurs prénoms. Le Talmud Bera’hot, page 7b, nous rapporte l’opinion de Rabbi Elazar qui nous enseigne que le prénom a une influence sur le destin de l’enfant.

Les prénoms juifs sont souvent choisis en référence à des personnages bibliques ou des leaders religieux. Par exemple, un nom comme Sarah peut être choisi en l’honneur de la matriarche Sarah dans la Torah, ou un nom comme David peut être choisi en l’honneur du roi David dans la Torah. Les noms choisis peuvent également être des formes abrégées ou des variantes de noms bibliques, témoignant de la continuité de la tradition juive à travers les générations.

En plus de la référence à des personnages bibliques, les prénoms juifs peuvent également être choisis pour transmettre des bénédictions ou des souhaits pour le futur de l’enfant. Par exemple, un nom comme ’Hanna peut être choisi pour transmettre la bénédiction d’une vie heureuse et paisible, ou un nom comme Léa peut être choisi pour transmettre la bénédiction d’avoir des enfants justes. Dans certaines traditions, les prénoms sont même choisis en fonction de la date de naissance de l’enfant, selon les textes bibliques appropriés. Le prénom est souvent vu comme un cadeau divin pour l’enfant, qui les guide tout au long de leur vie.

En plus de renforcer l’identité religieuse, le prénom juif peut également renforcer la connexion avec la communauté juive. Les personnes partageant le même prénom peuvent se sentir connectées les unes aux autres, créant ainsi un lien communautaire plus fort. De plus, le prénom peut être utilisé pour identifier une personne en tant que juive, notamment dans les moments de célébration ou de deuil.

Le Ari zal écrit à ce sujet que la nomination d’un enfant n’est pas anodine. Les parents sont directement inspirés par D.ieu. Ils choisissent le prénom qui correspond à la nature profonde de leur charmant bambin. Le prénom renferme des secrets insoupçonnés. C’est notre code de programmation.

Les Sages du Midrash nous enjoignent donc de bien choisir le prénom de notre enfant afin qu’il soit tsadik, car parfois le prénom « provoque » le bien et parfois le mal. Rabbi Eleazar Papo l’écrit également dans son Pélé Yoets au nom du Zohar ou encore Rabbi Yossef Caro dans son Maguid Mesharim. Le prénom a un impact fort sur l’individu. C’est ainsi qu’un homme prénommé Abraham penchera vers la bonté et un autre prénommé Isaac penchera vers la rigueur. C’est pourquoi on ne choisira pas pour son enfant un prénom de méchant comme Nimrod ou Essav.

Cela dit, la nomination n’annule pas le libre arbitre. C’est juste que, parfois, le prénom provoque le bien ou son contraire comme il est écrit dans le midrash Tan’houma.

Compte tenu de l’impact du prénom, les Rabbins décisionnaires posent diverses questions. Peut-on donner le même prénom à un frère et une sœur ? Peut-on donner à une fille un prénom de garçon ? Peut-on utiliser des prénoms non-juifs ?

Selon le rav Moshé Schick (1807-1879), grand décisionnaire hongrois, l’emploi de prénoms non-juifs est strictement interdit par la Torah afin de s’en distinguer. En revanche, Rav Moshé Feinstein (1895-1986) estime qu’il n’y a pas d’interdit. Il soutient son propos par le fait que, puisque nous nous situons après le don de la Torah, cela suffit à nous distinguer des non-Juifs. De nombreux grands Rabbins avaient des prénoms non-juifs, comme le Rav Vidal Hatsarfati, auteur du Maguid Mishné — un commentaire du yad haH’azaka de Maïmonide. Il déclare que l’on pourra, dans tous les cas, nommer un enfant au nom de ses grands-parents.

Rav Moshé Feinstein juge également des prénoms faisant référence à des personnes au destin funeste. Est-il judicieux d’utiliser de tels prénoms ? Il affirme qu’il est souhaitable d’ajouter un autre prénom.

Rav Moshé Isserlès (1520-1572), dit le Rema, écrit qu’en cas de danger de mort, on a l’habitude de changer de prénom, car le changement de prénom est supposé changer le destin ou mazal.

Le prénom juif joue donc un rôle fondamental dans le judaïsme en renforçant l’identité et en impactant le destin de l’individu. La nomination ne doit donc pas être prise à la légère.

Partager

A découvrir également sur Yedia

Whatsapp Yedia

Ne manquez plus aucun contenu sur Yedia en rejoignant notre groupe Whatsapp. Une diffusion quotidienne.

Newsletter Yedia

Vous souhaitez recevoir la newsletter mensuelle de Yedia avec l’ensemble des articles, podcasts, et vidéos du site. Inscrivez-vous ici sans plus attendre.

Facebook Yedia

Ne manquez plus aucun contenu sur Yedia en rejoignant notre communauté Instagram.

Youtube Yedia

Ne manquez plus aucun contenu sur Yedia en rejoignant notre groupe Whatsapp. Une diffusion quotidienne.

Spotify Yedia

Retrouvez tous nos podcasts sur Spotify.  Il suffit de vous abonner à notre chaîne pour les écouter directement.

Yedia est un média dédié au Judaïsme, à sa culture, son patrimoine, et à son identité. Grâce aux contributions de ses auteurs et producteurs de contenus, issus de tous horizons, il se veut le témoin de sa richesse, et de sa diversité.

Art et culture, langue et écriture, société, histoire, sciences, lifestyle, judaïsme, sont les thématiques qui traversent Yedia.
Articles, podcasts, vidéos, sont disponibles sur la plateforme et permettent à tous à tout moment de pouvoir accéder au contenu.
Enfin Yedia se veut ancré dans l’époque dont il est issu, voire même dans le futur. Une partie des contenus sont consultables dans un metaverse accessible depuis le site Yedia.
Dans un monde dans lequel le savoir se dilue plus rapidement que l’ignorance, nous pensons que la connaissance est faite pour être partagée…au plus grand nombre, à tous, sans distinction.

Partager sans distinguer, et distinguer la connaissance de la croyance, afin de la faire comprendre, simplement et au plus grand nombre.
Sans partage, il n’y a pas de lumière.


Et ce qui n’est pas éclairé, reste dans l’obscurité.

Newsletter

Abonnez vous à la Newsletter de Yedia

Il vous suffit de remplir le formulaire ci-dessous.

Sans partage, il n’y a pas de lumière.
Et ce qui n’est pas éclairé, reste dans l’obscurité.