fbpx
Yedia, partager le savoir
Rechercher
Les plus populaires

En attendant Shabbat… Paracha Ki Tissa : du veau d’or à la Tsedaka, l’apprentissage de la relation au divin

Nussi Lieberman : Just Nussi !!

Hanan ben Ari, un nom qui rassemble toutes les couleurs du peuple israélien

Chronique cinéma : La Zone d’intérêt ou la banalisation du mal

Astrologie juive : le signe du verseau : le seau de l’abondance

Les Yedidim : votre panne en vaut la peine

En attendant Shabbat… Paracha Tétsavé : élever son élève

« La terre est plate comme une orange » Paul Eluard – L’astronomie juive

En attendant Shabbat…Paracha Terouma: faire de nos coeurs un mishkan

En attendant Chabbat… la paracha Mishpatim

Partager

Le kotel : un pèlerinage à travers le temps

Le Mur des Lamentations ou Kotel, site le plus sacré du peuple juif, symbole de sa résurrection dans son pays, et son lieu de rencontre avec son Créateur.

Il y a des murs qui séparent et des murs qui rassemblent.

Le Mur des Lamentations, site le plus sacré du peuple juif où câpriers se mêlent aux papiers de prière glissés dans ses fissures séculaires, est le symbole de la résurrection du peuple juif dans son pays. Il est le lieu de rencontre du peuple juif avec son Créateur.

Plus de 5000 ans d’histoire qui commencent sur le mont Moriah où eurent lieu des événements fondateurs du peuple juif comme la ligature d’Itzhak par son père Abraham, le rêve de l’échelle de Jacob… Sur cette montagne furent construits le Premier et le Second Temple, lieux les plus sacrés du peuple juif. Seul le Grand Prêtre pouvait y pénétrer le jour de Yom Kippour et avait accès au Saint des Saints.

Ce somptueux édifice a été détruit mais il nous reste des vestiges des murs de soutien. Le Mur Occidental — le « Kotel » — en fait partie. Il s’étend sur près d’un demi-kilomètre, mais aujourd’hui, sa partie visible sur l’esplanade n’est que de 70 mètres.

Des millions de pèlerins viennent chaque année s’y recueillir, prier, pleurer, remercier  et parfois même danser à l’occasion de Bar Mitzvot ou de mariages. Des millions de petits papiers contenant des souhaits écrits dans toutes les langues sont glissés entre les pierres. Deux fois par an, tous ces précieux papiers sont retirés et enterrés au Mont des Oliviers.

Les Pierres du Mur

Les pierres qui constituent le Mur Occidental témoignent des différentes époques qui ont marqué ce lieu depuis sa destruction. Les assises, enfouies sous le sol ou visibles à l’œil nu, sont les vestiges authentiques de l’époque du Second Temple. Chaque pierre est une chronique, chaque strate narre les époques traversées, tissant une connexion tangible avec le passé. Les fouilles ont révélé des strates d’immenses pierres du Mur minutieusement taillées et incroyablement bien conservées. 

Relisons Le verset du Cantique des Cantiques du Roi Salomon : « Voici se tient derrière notre mur. » (Cantique des Cantiques 2, 9). Le Midrach Rabba explique ainsi : « Derrière le Mur Occidental du Temple, (car) D.ieu a juré qu’il ne sera jamais détruit. »

Les Tunnels du Mur Occidental

Les tunnels du Mur forment un réseau souterrain labyrinthique, qui serpente le long du tracé du Mur Occidental. Ces passages relient des espaces et des grottes, offrant aux visiteurs un voyage chronologique, et révèlent des trésors archéologiques tels que de grandes arches de pierre, des citernes, un aqueduc antique qui se termine au bassin de Strouthion. Le tunnel a été découvert pour la première fois au XIXe siècle, lors des fouilles réalisées par des archéologues britanniques. Ce n’est qu’après la guerre des Six Jours et la réunification de Jérusalem que reprirent les fouilles des tunnels du Mur Occidental avec l’objectif de découvrir son entière longueur. Nous pouvons imaginer les difficultés techniques colossales que Hérode le Grand a dû surmonter pour réaliser son projet grandiose de bâtir le Temple. La pierre monolithe qui se trouve dans la partie basse du mur mesure à elle seule 14 mètres de long et pèse 570 tonnes.

Bien que le Mur Occidental ne représente qu’une fraction d’un complexe colossal de près de 488 mètres de long, il est devenu un symbole d’unité et de spiritualité. Pour en appréhender toute la richesse, il est crucial de plonger dans les méandres de son histoire et de dévoiler les vestiges qui continuent d’émerger dans toute sa longueur.

Le Petit Kotel

Le Mur des Lamentations, où spiritualité se mêle aux papiers de prière dans ses fissures, est un lieu incontournable. Cependant, nous vous invitons à découvrir à une centaine de mètres plus loin une perle discrète : le Petit Kotel, ou « Hakotel Hakatan » en hébreu.Pour atteindre ce trésor méconnu, empruntez les marches de Ma’ale Rabbi Gotz sur la place du Mur Occidental, tournez au nord dans le tunnel menant à la porte de Naplouse. Avancez vers l’est jusqu’à la porte d’entrée menant au Mont du Temple. Tournez ensuite vers le nord, longeant le Mur Occidental du Mont du Temple, et voilà, vous êtes sur la Place du Petit Mur . Un espace sécurisé par la police israélienne, où des caméras diffusent en temps réel l’image de cette enclave préservée – « HaKishla ».

Le Petit Kotel partage des caractéristiques avec le Kotel Hamaaravi — le Mur Occidental. Cependant, il se démarque par sa hauteur imposante, au même niveau que l’esplanade actuelle, mais bien plus au nord. Il se rapproche du Saint des Saints, résidence de la Shéh’inah — la Présence de Dieu —, ajoutant à ce lieu une sainteté encore plus marquée.

Explorez le Petit Kotel, lieu intime de connexion avec D.ieu. Moins fréquenté mais tout aussi sacré, ce mur dévoile une facette méconnue de la richesse spirituelle de Jérusalem, un trésor caché.

La Place du Petit Mur, une ruelle étroite de 4 mètres de large, faisant face au nord de la rue Shaar Barzel, était autrefois un passage vers la rue Shaar Mishgih. Bien que moins fréquentée aujourd’hui, elle conserve le souvenir de mouvements passés et offre un aperçu de l’histoire avant la création de l’État d’Israël, lorsque le Mur Occidental était le passage principal vers la porte d’Ashpot.

Le Kotel est une chronique captivante d’évolution à travers les siècles, de résilience et de foi inaltérable. Chaque pierre, chaque strate, chaque tunnel, raconte une histoire unique, tissant un récit intemporel d’amour, de foi et de dévotion qui perdure à travers les âges.

Explorez ces strates du temps, considérez le mur comme une toile, où chaque pierre est une note dans une symphonie millénaire, et laissez-vous guider par les échos de l’histoire du peuple juif qui résonnent toujours sous les pierres de la vieille ville de Jérusalem.

Partager

A découvrir également sur Yedia

Whatsapp Yedia

Ne manquez plus aucun contenu sur Yedia en rejoignant notre groupe Whatsapp. Une diffusion quotidienne.

Newsletter Yedia

Vous souhaitez recevoir la newsletter mensuelle de Yedia avec l’ensemble des articles, podcasts, et vidéos du site. Inscrivez-vous ici sans plus attendre.

Facebook Yedia

Ne manquez plus aucun contenu sur Yedia en rejoignant notre communauté Instagram.

Youtube Yedia

Ne manquez plus aucun contenu sur Yedia en rejoignant notre groupe Whatsapp. Une diffusion quotidienne.

Spotify Yedia

Retrouvez tous nos podcasts sur Spotify.  Il suffit de vous abonner à notre chaîne pour les écouter directement.

Yedia est un média dédié au Judaïsme, à sa culture, son patrimoine, et à son identité. Grâce aux contributions de ses auteurs et producteurs de contenus, issus de tous horizons, il se veut le témoin de sa richesse, et de sa diversité.

Art et culture, langue et écriture, société, histoire, sciences, lifestyle, judaïsme, sont les thématiques qui traversent Yedia.
Articles, podcasts, vidéos, sont disponibles sur la plateforme et permettent à tous à tout moment de pouvoir accéder au contenu.
Enfin Yedia se veut ancré dans l’époque dont il est issu, voire même dans le futur. Une partie des contenus sont consultables dans un metaverse accessible depuis le site Yedia.
Dans un monde dans lequel le savoir se dilue plus rapidement que l’ignorance, nous pensons que la connaissance est faite pour être partagée…au plus grand nombre, à tous, sans distinction.

Partager sans distinguer, et distinguer la connaissance de la croyance, afin de la faire comprendre, simplement et au plus grand nombre.
Sans partage, il n’y a pas de lumière.


Et ce qui n’est pas éclairé, reste dans l’obscurité.

Newsletter

Abonnez vous à la Newsletter de Yedia

Il vous suffit de remplir le formulaire ci-dessous.

Sans partage, il n’y a pas de lumière.
Et ce qui n’est pas éclairé, reste dans l’obscurité.