fbpx
Yedia, partager le savoir
Rechercher
Les plus populaires

Podcast : 49

Podcast : la traversée

Ces Justes qui se sont levés pour Israël : Le Dr Adélaïde Hautval : ni juive, ni résistante, tout simplement humaine

Françoise Giroud, toute sa vie loin du judaïsme

La psychologie juive : carrefour entre spiritualité et psyché

Haïm Yossef David Azoulay — le ’HIDA (1724-1806) — 300e anniversaire

Laissez-nous grandir en paix !

« Notre seule arme, c’est de rester en vie » – Livre : La sage-femme d’Auschwitz

Yom Haatsmaout : Comment se réjouir lorsque tout un peuple souffre ?

La Shoah : Comment l’enseigner aux enfants

Partager

La prière comme méditation

Vivre dans la société moderne, c’est vivre dans un esprit de compétitivité et de performance constante, au beau milieu de panneaux publicitaires, de bruit de véhicules, de notifications de Smartphones et autres innombrables  stimulus  dont notre quotidien est assailli. Le résultat ? Nous sommes perpétuellement sous tension ou dans des états d’excitation affective. Fini le pré, les vaches et la petite maison dans la prairie . Aujourd’hui, tout va vite et fort !
La prière comme méditation

Pour faire face à ces nouveaux défis et ne pas tomber dans la divergence mentale, beaucoup d’urbains se tournent vers la méditation pour faire un break et permettre à leur esprit un moment de repos.

La méditation a la réputation d’être née dans les pays d’Orient. En revanche, ce que peu de gens savent, c’est qu’il existe, au sein de la tradition juive, une méditation dont les pratiquants sont accoutumés, parfois sans même s’en rendre compte : la prière.

Qu’elles viennent d’Inde comme la méditation Vipassana, de Chine avec le Tai Chi Chuan, ou du Japon avec le Zen, toutes ont en commun de conduire le pratiquant au contrôle de ses pensées. Certains prendront pour support la respiration, d’autres le mouvement, le but étant d’accéder à un état de conscience dans lequel le sujet est totalement relaxé et immergé dans le présent.

Le Rav Arié Kaplan dans son ouvrage « Méditation guide pratique » soulignait que cette pratique était une chose courante dans les générations qui précédèrent la destruction du Temple, et que c’était par ce biais qu’on accédait à la prophétie dans les écoles spécialisés. En outre, il fait remarquer que les sages de l’époque médiévale étaient encore coutumiers de certaines pratiques comme la visualisation  (Guiroushin) ou encore l’exercice de la respiration.

La prière que les Sages de la grande Assemblée ont codifiée il y a plus de 2 500 ans partage les mêmes presciences. Voyons de quoi il s’agit.Pour les familiers de la méditation hindoue, les mantras représentent l’ouverture des chakras.

Pour le dire de façon un  peu  plus rationnelle, le fait de répéter indéfiniment un mot ou une phrase provoque ce que l’on appelle une « réponse de relaxation ».

Avec la répétition incessante des mots, l’esprit finit par ne plus remarquer les petits accrochages qu’introduisent les consonnes ou ces petits flots que sont les voyelles, et entre en parfaite résonance avec les mots et atteint un état de conscience en éveil grâce à la pratique du mantra.

Dans la prière, c’est le même mécanisme qui s’opère : nous répétons depuis notre plus tendre enfance les mêmes phrases au point de ne plus remarquer leur consonance et communier avec l’écrit, mais c’est aussi tout le rituel de la prière qui est ainsi fait dans le but de permettre à la personne d’être immergée dans un état méditatif.

La loi juive concernant la prière exige qu’un cadre soit planté pour accéder à ce qu’elle définit d’indispensable pour son agrément  la kavana, soit la « concentration ». Il est à noter que l’étymologie du mot kavana en hébreu, que l’on a communément pour habitude de traduire par « concentration » pour répondre à son exigence législative, à la même racine que kaven, soit « viser ».

La kavana, c’est le fait de viser avec son esprit, la « conscience dirigée » dont on parle en méditation.

Afin de permettre à cet état d’éveil de l’esprit d’aller vers des sentiers spirituels, les décisionnaires préconisent de réduire la vivacité de nos cinq sens en fermant les yeux durant la prière (Rabbénou Yaakov ben Acher, Tour chap. 61), s’abstenir de tenir tout objet perturbant la concentration (Choulhan Aroukh 96,1-2).

Le Talmud recommande de s’imaginer dans le Saint des Saints (Brakhot p. 30), joindre les deux pieds à l’image des anges et de murmurer les mots de la téfila. (Ibid.) Les Cabalistes, quant à eux, conseillent de rester immobile durant la prière pour faire abstraction totale de son corps. On nous rapporte que les Hassidim Harichonim, les hommes pieux de l’époque de la Michna, priaient durant une heure. (Ibid.)

Un calcul sommaire nous renseigne sur la pratique de ces maîtres en la matière. La Amida, l’essence de la prière, compte environ 500 mots, les anciens prenaient une heure pour la réciter, soit 3600 secondes.

Ils récitaient donc la prière à raison d’un mot toutes les 7 secondes. C’est dire la dévotion qu’ils pouvaient y mettre…

Maïmonide, Le Rambam, dans son Guide des égarés (part 3, chap. 51), nous explique que la prière a pour but de concentrer l’homme vers un au-delà spirituel d’où il serait à même de communier pleinement avec le divin.

Pareil pour Ibn Pakoua, dans son Hovot Halévavot, qui déclarait que la prière transcende l’épaisseur du corps pour ne laisser filtrer que l’expression de l’âme. Il est vrai que nous n’avons pas toujours le temps pour ces grands états de conscience dans notre quotidien.

Les clefs sont pourtant là, à portée de main, remises par ceux que ces sentiers ont guidés vers des expériences prophétiques et qui ont su décrypter les secrets d’une mystique juive ésotérique, dans des mots savamment choisis, pour permettre le retour à soi et ainsi à l’élévation spirituelle et le repos de l’âme.

Partager

A découvrir également sur Yedia

Whatsapp Yedia

Ne manquez plus aucun contenu sur Yedia en rejoignant notre groupe Whatsapp. Une diffusion quotidienne.

Newsletter Yedia

Vous souhaitez recevoir la newsletter mensuelle de Yedia avec l’ensemble des articles, podcasts, et vidéos du site. Inscrivez-vous ici sans plus attendre.

Facebook Yedia

Ne manquez plus aucun contenu sur Yedia en rejoignant notre communauté Instagram.

Youtube Yedia

Ne manquez plus aucun contenu sur Yedia en rejoignant notre groupe Whatsapp. Une diffusion quotidienne.

Spotify Yedia

Retrouvez tous nos podcasts sur Spotify.  Il suffit de vous abonner à notre chaîne pour les écouter directement.

Yedia est un média dédié au Judaïsme, à sa culture, son patrimoine, et à son identité. Grâce aux contributions de ses auteurs et producteurs de contenus, issus de tous horizons, il se veut le témoin de sa richesse, et de sa diversité.

Art et culture, langue et écriture, société, histoire, sciences, lifestyle, judaïsme, sont les thématiques qui traversent Yedia.
Articles, podcasts, vidéos, sont disponibles sur la plateforme et permettent à tous à tout moment de pouvoir accéder au contenu.
Enfin Yedia se veut ancré dans l’époque dont il est issu, voire même dans le futur. Une partie des contenus sont consultables dans un metaverse accessible depuis le site Yedia.
Dans un monde dans lequel le savoir se dilue plus rapidement que l’ignorance, nous pensons que la connaissance est faite pour être partagée…au plus grand nombre, à tous, sans distinction.

Partager sans distinguer, et distinguer la connaissance de la croyance, afin de la faire comprendre, simplement et au plus grand nombre.
Sans partage, il n’y a pas de lumière.


Et ce qui n’est pas éclairé, reste dans l’obscurité.

Newsletter

Abonnez vous à la Newsletter de Yedia

Il vous suffit de remplir le formulaire ci-dessous.

Sans partage, il n’y a pas de lumière.
Et ce qui n’est pas éclairé, reste dans l’obscurité.