fbpx
Yedia, partager le savoir
Rechercher
Les plus populaires

Adam Neumann : La spiritualité juive au cœur de la tempête WeWork

Pour ne pas oublier leurs visages…

Quelques secrets sur la Sortie d’Égypte enfin révélés

Instants d’humanité : Shimi

Al-Andalus ou l’âge d’or du judaïsme en terre d’islam. Suivez le guide !

Nicholas Winton : L’homme qui sauva 669 enfants juifs de la mort…

Astrakhan, cette petite ville située aux confins de la Russie

Le hasard, c’est D.ieu qui se promène incognito

Les anges dans le judaïsme : gardiens célestes et messagers divins

Les Juifs du Cap-Vert : une histoire fascinante et méconnue

Partager

La joie selon Rabbi Nahman de Breslev

Rabbi Nahman de Breslev est sans aucun doute l’un des plus grands maîtres du judaïsme hassidique. Il a enseigné une approche unique de la joie qui continue d'inspirer et de guider de nombreux fidèles à travers le monde. Selon lui, la joie n'est pas seulement un état émotionnel passager, mais plutôt une pratique spirituelle profonde qui peut conduire à un épanouissement durable.
La joie selon Rabbi Nahman de Breslev

La source de la joie

Rabbenou, comme ses fidèles l’appellent, enseigne que la véritable joie provient de la reconnaissance de la présence divine dans chaque aspect de notre existence. Il affirme que D.ieu se trouve en tout et que chaque moment de la vie est une opportunité d’établir une connexion intime avec l’Essence Divine. En prenant conscience de cette réalité, nous pouvons trouver la joie même dans les moments les plus sombres et les plus difficiles. Rabbi Nahman disait : « La présence de D.ieu se trouve dans tous les aspects matériels et on peut prier dans toutes les langues des nations du monde ». Il disait également : « l’essentiel, c’est le désir et l’aspiration ; il faut désirer D.ieu et à partir de ce désir, prier, apprendre la Torah et accomplir les mitsvot. » (Si’hot haRan 51).

 

La pratique de la joie

La pratique de la joie nécessite un engagement actif. Il encourage ses disciples à développer une attitude positive et optimiste envers la vie, en cultivant des pensées positives et en évitant les pensées négatives et les soucis excessifs. Il dit : « Il faudra se forcer à être heureux, car la tristesse affaiblit et la joie renforce ». Rabbi Nahman insiste aussi sur l’importance de la gratitude envers D.ieu pour toutes les bénédictions qu’Il nous accorde. La gratitude, selon lui, renforce notre lien avec le Divin et ouvre notre cœur à la joie. Il disait à ce sujet : « On doit toujours être joyeux, et servir D.ieu avec joie. Et si parfois, on chute de son niveau, on doit se renforcer en considérant les jours précédents, lorsque brillait sur l’homme quelque faible illumination, et il s’agrippera maintenant avec l’entrain et l’éclat qu’il possédait auparavant. » (Likouté Moharan – Torah 222).

 

La danse et la musique

La danse et la musique occupent une place centrale dans les enseignements de Rabbi Nahman. Il croyait en leur pouvoir de stimuler la joie et d’élever l’âme vers des états supérieurs de conscience. Il encourageait ses disciples à danser avec dévotion et abandon, utilisant leur corps et leur voix pour exprimer leur amour et leur gratitude envers D.ieu. Selon Rabbi Nahman, la danse et la musique sont des portails vers la transcendance, permettant à chacun de se connecter directement avec l’Essence Divine. Il disait à ce sujet : « Danse ! Frappe des mains ! Fais surgir la mélodie ! Fais éclater le présent ! Découvre le miracle de l’aube fracturant la noirceur de la nuit. Fais danser les lettres, les voyelles amoureuses de lointaines consonnes. Fais danser les mots pour qu’ils deviennent des oiseaux. Écris le chant joyeux de la guérison, le chant précieux de la délivrance. Ainsi, tu te souviendras de ton futur. » Il disait également : « Chaque jour, il faut danser, fût-ce seulement par la pensée.[…] Une mélodie sainte a le pouvoir de conduire au niveau de prophétie. La musique est la base d’un attachement sincère à D.ieu ».

 

Trouver la joie dans le service divin

Le service divin, y compris la prière et l’étude de la Torah, pouvait être pour Rabbi Nahman une source de joie profonde. Il encourageait ses disciples à aborder ces pratiques avec enthousiasme et passion, considérant chaque moment passé en présence de D.ieu comme une occasion de se rapprocher de la véritable félicité. Selon lui, lorsque nous nous engageons pleinement dans le service divin, nous pouvons ressentir une joie qui transcende les préoccupations matérielles et les soucis du monde. Rabbi Nahman enseignait : « On doit faire preuve d’obstination dans le service de D.ieu. » (Likouté Moharan – 2ᵉ tome – Torah 48).

 

La joie comme antidote à la tristesse

Pourtant, la vie est parfois marquée par la tristesse, la douleur et les épreuves. Cependant, Rabbi Nahman croyait que la joie pouvait être un antidote puissant à ces sentiments négatifs. Il encourageait ses disciples à chercher la joie même au milieu de l’adversité et à refuser de se laisser submerger par la tristesse. Selon lui, la joie est une force qui peut transformer notre perspective et nous permettre de surmonter les épreuves avec résilience et confiance. Il disait à ce sujet : « La tristesse est très nuisible, et donne de la force au mauvais penchant ; c’est pourquoi l’homme doit se renforcer beaucoup pour réjouir son âme … car le renforcement se fait principalement grâce à l’allégresse et à la joie, comme il est écrit : « la joie de D.ieu est votre rempart » (Likouté Moharan – Torah 72). 

La joie peut être contagieuse et doit être partagée avec les autres. Il poussait ses disciples à répandre la joie autour d’eux, à être une source d’inspiration et de positivité pour leur entourage. En cultivant la joie dans leur propre vie, ils pouvaient influencer positivement les autres et créer une atmosphère de bonheur et de bien-être. Rabbi Nahman disait à ce sujet : « Celui qui est joyeux peut réconforter son prochain et peut lui redonner la vie ».

 

La lutte contre la dépression et l’anxiété

Rabbi Nahman était conscient des défis de la dépression et de l’anxiété, des affections qui peuvent entraver notre capacité à ressentir de la joie. Il offrait des conseils pratiques pour combattre ces états négatifs, notamment en pratiquant la méditation, en se rapprochant de la nature et en développant des rituels de guérison spirituelle. Il encourageait également ses disciples à rechercher un soutien communautaire et à ne pas hésiter à demander de l’aide lorsque cela était nécessaire. Il disait notamment : « Il est interdit à l’homme de se désespérer, à D.ieu ne plaise, et même s’il est tombé là où il est tombé, et qu’il soit placé réellement dans le Chéol (partie basse du Guéhinam) le plus profond, malgré tout qu’il ne se désespère pas de D.ieu en aucune manière, car de là-bas, on peut aussi se rapprocher de Lui, car toute la terre est remplie de Sa gloire. » (Likouté Moharan – 2ᵉ tome – Torah 7,7).

 

La simplicité et l’authenticité

Rabbi Nahman prônait la simplicité et l’authenticité comme voie vers la joie. Il encourageait ses disciples à être eux-mêmes, à se libérer des masques sociaux et des artifices de la société. Il croyait que la véritable joie se trouvait dans la connexion profonde avec notre nature essentielle, dépourvue de toute prétention. En embrassant notre véritable identité et en vivant en accord avec nos valeurs fondamentales, nous pouvons expérimenter une joie pure et sincère. Il disait à ce sujet : « La véritable joie est atteinte en ne regardant que ce qu’il y a de bon en nous-mêmes, chez autrui et dans toutes les situations ».

 

Rabbi Nahman de Breslev a légué un héritage spirituel précieux sur la joie en tant que voie vers l’épanouissement spirituel. Ses enseignements nous rappellent que la joie véritable ne dépend pas des circonstances extérieures, mais plutôt de notre capacité à reconnaître la présence divine dans notre vie quotidienne. En pratiquant la gratitude, en cultivant la danse, la musique, la simplicité et l’authenticité, et en partageant notre joie avec les autres, nous pouvons trouver un chemin vers un bonheur durable et une connexion plus profonde avec l’Essence Divine. Que les enseignements de Rabbi Nahman continuent d’inspirer et de guider ceux qui cherchent la joie et l’épanouissement spirituel dans leur vie.

Partager

A découvrir également sur Yedia

Whatsapp Yedia

Ne manquez plus aucun contenu sur Yedia en rejoignant notre groupe Whatsapp. Une diffusion quotidienne.

Newsletter Yedia

Vous souhaitez recevoir la newsletter mensuelle de Yedia avec l’ensemble des articles, podcasts, et vidéos du site. Inscrivez-vous ici sans plus attendre.

Facebook Yedia

Ne manquez plus aucun contenu sur Yedia en rejoignant notre communauté Instagram.

Youtube Yedia

Ne manquez plus aucun contenu sur Yedia en rejoignant notre groupe Whatsapp. Une diffusion quotidienne.

Spotify Yedia

Retrouvez tous nos podcasts sur Spotify.  Il suffit de vous abonner à notre chaîne pour les écouter directement.

Yedia est un média dédié au Judaïsme, à sa culture, son patrimoine, et à son identité. Grâce aux contributions de ses auteurs et producteurs de contenus, issus de tous horizons, il se veut le témoin de sa richesse, et de sa diversité.

Art et culture, langue et écriture, société, histoire, sciences, lifestyle, judaïsme, sont les thématiques qui traversent Yedia.
Articles, podcasts, vidéos, sont disponibles sur la plateforme et permettent à tous à tout moment de pouvoir accéder au contenu.
Enfin Yedia se veut ancré dans l’époque dont il est issu, voire même dans le futur. Une partie des contenus sont consultables dans un metaverse accessible depuis le site Yedia.
Dans un monde dans lequel le savoir se dilue plus rapidement que l’ignorance, nous pensons que la connaissance est faite pour être partagée…au plus grand nombre, à tous, sans distinction.

Partager sans distinguer, et distinguer la connaissance de la croyance, afin de la faire comprendre, simplement et au plus grand nombre.
Sans partage, il n’y a pas de lumière.


Et ce qui n’est pas éclairé, reste dans l’obscurité.

Newsletter

Abonnez vous à la Newsletter de Yedia

Il vous suffit de remplir le formulaire ci-dessous.

Sans partage, il n’y a pas de lumière.
Et ce qui n’est pas éclairé, reste dans l’obscurité.