fbpx
Yedia, partager le savoir
Rechercher
Les plus populaires

Simha Lehaim ! 7/10 : les raisins de la mémoire…

Chabbat sur la lune ?

À la redécouverte de Chavouot

Qui sont les Bnei Noah ? Ces chrétiens qui respectent les 7 lois de Noah…

Israël : Terre de biodiversité

Le divorce juif ou la destruction d’un petit temple

Astrologie juive : Le signe des gémeaux – Qui se ressemble s’assemble

L’expression : » Le dernier dernier le préféré »

Le musée ANU, siège de la mémoire du peuple juif

Le don de la Torah, le jour d’après…

Partager

En attendant shabbat… Paracha Yitro

En attendant Shabbat : Ithro

Juste après la guerre d’Amalek, la parasha Yitro commence par ces mots וישמע יתרו (Vayishma Yitro) : littéralement Yitro a « entendu ». En hébreu, le verbe lishmoah signifie « comprendre profondément », c’est-à-dire faire l’expérience de quelque chose au-delà de l’intellect. נַעֲשֶׂה וְנִשְׁמָע « nahasse ve nishma » (nous ferons et nous comprendrons), diront les hébreux dans la parasha Michpatim (celle qui suit la parasha de cette semaine) après la lecture du livre de l’Alliance entre Dieu et Israël.

Qu’est-ce que la guerre contre Amalek a permis au beau-père de Moshe de « comprendre profondément » ?  Avant cet événement, Yitro, ancien grand prêtre de Pharaon, croyait en un D.ieu créateur de la nature, mais en retrait par rapport à elle et la laissant fonctionner selon ses propres lois. Moshe, malgré ses quarante années passées auprès de Yitro au sein de la tribu de Midian dans le désert, n’a pas réussi à le convaincre de l’existence d’un D.ieu créateur d’une loi morale pour les hommes, ni d’un D.ieu capable d’intervenir directement dans la nature pour en modifier les lois selon un projet particulier. 

Le peuple d’Amalek surgit justement pour permettre à ce D.ieu de la Providence de se révéler aux Nations. Amalek représente en effet la mise en question de l’Alliance entre D.ieu et Israël. Il est prêt à tout, jusqu’à donner sa propre vie, pour cette cause. Amalek a pour guematria 240, qui est à la fois celle de ספק « safek » (doute en français) et de אל אחר « el hacher » (l’autre D.ieu). Miroir de notre propre doute, il intervient juste après que les Hébreux, pressés par la soif, se demandent si : « D.ieu est parmi eux » alors qu’ils viennent de traverser la Mer Rouge à pieds secs ! La victoire contre Amalek a permis d’effacer provisoirement la proposition alternative d’Amalek à la royauté d’Hachem dans ce monde et de dévoiler le premier « Juste des Nations », celui qui donne son nom à notre paracha, et qui va à la suite de cette victoire, reconnaître l’existence d’un D.ieu de la Providence (représenté par le tétragramme YHVH) et rejoindre la nation d’Israël. C’est lui qui, par prophétie, nous a légués à cette occasion la fameuse bénédiction ברוך השם (barouch hachem), celle qui nous permet de nous connecter à D.ieu dans notre quotidien.

Mais, à la fin de la paracha précédente Bechallah, D.ieu avait prévenu les enfants d’Israël : « Parce que la main a été levée sur le trône de l’Eternel, il y aura guerre de l’Eternel contre Amalek, de génération en génération. »  

Ainsi sommes-nous aujourd’hui à nouveau confrontés à une dernière tentative désespérée d’Amalek de contester l’alliance entre D.ieu et Israël, alliance qui a pour but la réparation du lien brisé entre l’humanité et son créateur.  La proposition d’Amalek jouit d’un fort effet d’entraînement au sein des Nations car elle répond à un sentiment de culpabilité refoulé : l’homme ressent que son lien avec D.ieu a la possibilité d’être réparé à travers Israël, mais cette perspective peut susciter chez lui, soit une aspiration positive se manifestant par l’amour d’Israël, soit au contraire le réveil de ses sentiments refoulés de culpabilité et de haine de soi, dont l’exutoire sera la haine d’Israël. 

Comme au temps de la Torah, chaque surgissement d’Amalek dans l’histoire est ainsi un moment exceptionnel de dévoilement des forces négatives et des forces contraires de lumière, à la fois au sein d’Israël et des Nations. Le dernier exemple nous a été fourni la semaine dernière par la juge ougandaise Julia Sebutinde, la première femme africaine nommée à la Cour de Justice Internationale. Celle qui dit « ne devoir rendre des comptes qu’à D.ieu et à la communauté internationale » fut la seule des 17 juges à avoir voté contre l’intégralité des avis de la Cour formulés à l’encontre d’Israël. Son vote et la justification lumineuse qu’elle en a fournie ont eu une telle résonance morale que le gouvernement ougandais a jugé nécessaire de s’en désolidariser… La guematria de Julia Sebutinde est 839, la même que « שמש הצדקה » (le soleil de la justice)… 

Puissent tous les « soleils de justice » des Nations se lever comme Yitro et Julia Sebutinde pour transformer les ténèbres en lumière et participer au dévoilement de D.ieu dans ce monde !

Partager

A découvrir également sur Yedia

Whatsapp Yedia

Ne manquez plus aucun contenu sur Yedia en rejoignant notre groupe Whatsapp. Une diffusion quotidienne.

Newsletter Yedia

Vous souhaitez recevoir la newsletter mensuelle de Yedia avec l’ensemble des articles, podcasts, et vidéos du site. Inscrivez-vous ici sans plus attendre.

Facebook Yedia

Ne manquez plus aucun contenu sur Yedia en rejoignant notre communauté Instagram.

Youtube Yedia

Ne manquez plus aucun contenu sur Yedia en rejoignant notre groupe Whatsapp. Une diffusion quotidienne.

Spotify Yedia

Retrouvez tous nos podcasts sur Spotify.  Il suffit de vous abonner à notre chaîne pour les écouter directement.

Yedia est un média dédié au Judaïsme, à sa culture, son patrimoine, et à son identité. Grâce aux contributions de ses auteurs et producteurs de contenus, issus de tous horizons, il se veut le témoin de sa richesse, et de sa diversité.

Art et culture, langue et écriture, société, histoire, sciences, lifestyle, judaïsme, sont les thématiques qui traversent Yedia.
Articles, podcasts, vidéos, sont disponibles sur la plateforme et permettent à tous à tout moment de pouvoir accéder au contenu.
Enfin Yedia se veut ancré dans l’époque dont il est issu, voire même dans le futur. Une partie des contenus sont consultables dans un metaverse accessible depuis le site Yedia.
Dans un monde dans lequel le savoir se dilue plus rapidement que l’ignorance, nous pensons que la connaissance est faite pour être partagée…au plus grand nombre, à tous, sans distinction.

Partager sans distinguer, et distinguer la connaissance de la croyance, afin de la faire comprendre, simplement et au plus grand nombre.
Sans partage, il n’y a pas de lumière.


Et ce qui n’est pas éclairé, reste dans l’obscurité.

Newsletter

Abonnez vous à la Newsletter de Yedia

Il vous suffit de remplir le formulaire ci-dessous.

Sans partage, il n’y a pas de lumière.
Et ce qui n’est pas éclairé, reste dans l’obscurité.