fbpx
Yedia, partager le savoir
Rechercher
Les plus populaires

Simha Lehaim ! 7/10 : les raisins de la mémoire…

Chabbat sur la lune ?

À la redécouverte de Chavouot

Qui sont les Bnei Noah ? Ces chrétiens qui respectent les 7 lois de Noah…

Israël : Terre de biodiversité

Le divorce juif ou la destruction d’un petit temple

Astrologie juive : Le signe des gémeaux – Qui se ressemble s’assemble

L’expression : » Le dernier dernier le préféré »

Le musée ANU, siège de la mémoire du peuple juif

Le don de la Torah, le jour d’après…

Partager

Qui était Assuérus ?

Avec la fête annuelle de Pourim, plusieurs personnages nous reviennent en tête : Esther et Mordéhaï, Assuérus et Vashti, et bien entendu le maléfique Aman. Cet article nous plonge dans l’empire perse de l’époque pour situer son contexte historico-biblique.
Qui était Assuérus

Le livre d’Esther, que nous lisons à Pourim, s’ouvre sur le nom d’un roi, Assuérus :

« Ce fut au temps d’Assuérus, de ce même Assuérus qui régnait de l’Inde à l’Éthiopie sur cent vingt-sept provinces. En ce temps-là, le roi Assuérus était établi sur son trône royal, dans Suse la capitale.[1]Esther 1 :1-2 »

Selon la chronologie des rois de Perse, cet Assuérus était le roi Xerxès qui commença à régner en 486 avant notre ère. Son père, Darius le Mède[2]Daniel 6 :1, avait tenté pour la première fois d’étendre l’empire perse jusqu’au continent européen en s’attaquant à la Grèce, mais ses espoirs avaient été brisés après sa défaite à Marathon en -490. Étant déjà âgé, il laissa ce projet de conquête à son fils Xerxès qui hérita tout de même d’un vaste empire, le plus vaste que la Perse n’ait jamais connu. Comme le dit le texte biblique, il s’étendait sur 127 provinces, nombre qui correspond d’ailleurs au nombre d’années de la vie de la matriarche Sarah[3]Genèse 23 :1, pour signifier que Sarah et Assuérus étaient à l’apogée de leur existence.

Le nom Assuérus n’est pas un nom propre, mais était un titre en Perse, comme on parle de Pharaon dans la Bible sans toujours préciser de quel roi il s’agit. On trouve aussi le terme Assuérus dans le Livre de Daniel 9:1, écrit אֲחַשְׁוֵרוֹש, exactement comme dans le Livre d’Esther. À quoi correspond ce mot ? Daniel nous donne un indice :

« Il parut bon à Darius de préposer au royaume un [système de] satrapia, cent vingt, pour gouverner tout le royaume[4]Daniel 6 :2 .»

On constate d’abord que, au début du règne de Darius, son empire s’étendait sur 120 satrapies et qu’il en avait forcément ajouté 7 autres pendant son règne car le texte biblique mentionne 127 provinces pour son fils. Le mot « satrapia » s’écrit « אֲחַשְׁדַּרְפְּנַיָּא » pour désigner les provinces perses gouvernées par des « satrapes ». Il y a corrélation entre ce mot et le nom Assuérus car tous deux commencent par « אֲחַש ». Ce préfixe est d’origine perse, écrit Acha ou Axa en lettres latines, indiquant cette dynastie perse : les Achéménides. Ces rois ont régné pendant 200 ans environ, de Cyrus à Alexandre le Grand. Un satrape était un haut dignitaire achéménide et Assuérus — prononcé Ah’ach vé rosh en hébreu — était le monarque, donc la tête — rosh, en hébreu — de l’empire Ah’a-ménide et de ses satrapes. Notons enfin que le nom Xerxès n’est que la version gréco-latine, mais le nom en vieux persan était en fait Axâyârsâ qui est un peu plus proche phonétiquement du nom biblique אֲחַשְׁוֵרוֹש.

Le festin qu’Assuérus donna [5]Esther 1 :3-8 était d’ordre politique, pour rallier les satrapes de son empire à une nouvelle campagne contre la Grèce. On sait que son épouse Vashti avait refusé de se présenter à ce festin. Mais elle était la fille d’Otanès, le haut dignitaire qui avait mis Darius sur le trône. Assuérus, malgré son pouvoir absolu, usa de prudence et consulta ses sept ministres pour savoir quelle punition imposer[6]Esther 1 :13-15. Parmi eux, Mémoukhan proposa d’écarter Vashti des faveurs royales et de choisir une autre compagne.

« Cet avis parut excellent aux yeux du roi et des seigneurs, et le roi agit conformément aux paroles de Mémoukhan. Il expédia des lettres dans toutes les provinces royales, dans chaque province selon son système d’écriture et dans chaque peuplade selon son idiome[7]Esther 1 :21-22. »

Cette façon de faire de Mémoukhan, d’envoyer des lettres à toutes les provinces, a fait penser à nos Sages qu’il s’agissait d’Aman car ce fut sa façon de procéder lorsqu’il voulut exterminer les Juifs par la suite :

« Un Tanna a enseigné : Mémoukhan est le même qu’Aman. Et pourquoi s’appelait-il Mémoukhan (מְמוּכָן) ? Parce qu’il était prédestiné (מוּכָן) au châtiment.[8]Talmud, traité Méguila, page 12b »

Xerxès lança sa campagne contre la Grèce au printemps -480, mais elle s’avéra désastreuse et le roi s’en retourna à Suse lors de l’hiver de la même année.

Nous sommes alors en l’an -479. Le prestige du roi était altéré. À tout moment, un coup d’état pouvait l’écarter du pouvoir. Il lui fallait des héritiers pour assurer sa lignée sur le trône. Il voulut rappeler Vashti, écartée juste avant sa campagne, mais les dignitaires s’y opposèrent[9]Esther 2 :1-2 et lui trouvèrent une remplaçante : une jeune orpheline, Hadassa, remarquable de beauté. Elle cacha son origine juive en empruntant un nom perse, Esther, c’est-à-dire Ishtar, divinité de la fécondité. Ceci se passa au 10e mois de la 7e année de règne[10]Esther 2 :16, donc en l’an -479. Esther devint la nouvelle reine et enfanta une fille, Damaspia.

Xerxès fut finalement assassiné ainsi que tous ses fils. Tous sauf un : Artaxerxès, fils de Vashti répudiée. Après la mort de sa mère, Esther l’avait pris sous sa protection car elle-même avait été orpheline. Artaxerxès se saisit du trône et prit le titre de Roi des Rois[11]Ezra 7 :12. Il épousa Damaspia et, pour favoriser les Juifs, s’adressa à Ezra le Scribe :

« Il est décrété par moi que quiconque dans mon royaume, parmi le peuple d’Israël, […] veut bien partir avec toi pour Jérusalem, pourra partir ; car tu es envoyé par le roi et ses sept conseillers pour t’occuper de la Judée et de Jérusalem, sous l’inspiration de la loi de ton D.ieu, […] D.ieu d’Israël, dont la résidence est à Jérusalem.[12]Ezra 7 :13-15 »

Ce décret fut d’une importance capitale pour les Juifs qui opérèrent le grand Retour à Sion, après celui, plus difficile, que Zerubbabel avait mené au temps de Cyrus[13]Ezra 1. Grâce à Ezra, le judaïsme fut renforcé et le Tanakh fut compilé vers l’an -444.

Ensuite Artaxerxès prit le Juif Néhémie à son service qui le supplia d’autoriser à rebâtir Jérusalem et ses murs. Il n’est pas anodin de noter que la Bible mentionne la présence de la reine, juive, auprès d’Artaxerxès lors de son accord :

« Le roi, qui avait la reine assise à ses côtés, me répondit : « Combien de temps durera ton voyage et quand seras-tu de retour ? » Ainsi il plut au roi de m’accorder un congé, et je lui fixai un délai.[14]Néhémie 2 :6 »

Le fils d’Artaxerxès était évidemment juif par sa mère, selon la Halah’a. Il monta sur le trône en -424 sous le nom de Xerxès II. Mais son règne fut de très courte durée car il fut assassiné peu après. Ainsi s’acheva la descendance d’Assuérus par Esther qui, fut cruciale pour le peuple juif car, sans cet épisode de Pourim et sans cette brève présence juive à la cour de Perse, le retour de Sion et le renouveau du Judaïsme auraient été improbables.

 

assuerus lignee

Références

Références
1Esther 1 :1-2
2Daniel 6 :1
3Genèse 23 :1
4Daniel 6 :2
5Esther 1 :3-8
6Esther 1 :13-15
7Esther 1 :21-22
8Talmud, traité Méguila, page 12b
9Esther 2 :1-2
10Esther 2 :16
11Ezra 7 :12
12Ezra 7 :13-15
13Ezra 1
14Néhémie 2 :6

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Partager

A découvrir également sur Yedia

Whatsapp Yedia

Ne manquez plus aucun contenu sur Yedia en rejoignant notre groupe Whatsapp. Une diffusion quotidienne.

Newsletter Yedia

Vous souhaitez recevoir la newsletter mensuelle de Yedia avec l’ensemble des articles, podcasts, et vidéos du site. Inscrivez-vous ici sans plus attendre.

Facebook Yedia

Ne manquez plus aucun contenu sur Yedia en rejoignant notre communauté Instagram.

Youtube Yedia

Ne manquez plus aucun contenu sur Yedia en rejoignant notre groupe Whatsapp. Une diffusion quotidienne.

Spotify Yedia

Retrouvez tous nos podcasts sur Spotify.  Il suffit de vous abonner à notre chaîne pour les écouter directement.

Yedia est un média dédié au Judaïsme, à sa culture, son patrimoine, et à son identité. Grâce aux contributions de ses auteurs et producteurs de contenus, issus de tous horizons, il se veut le témoin de sa richesse, et de sa diversité.

Art et culture, langue et écriture, société, histoire, sciences, lifestyle, judaïsme, sont les thématiques qui traversent Yedia.
Articles, podcasts, vidéos, sont disponibles sur la plateforme et permettent à tous à tout moment de pouvoir accéder au contenu.
Enfin Yedia se veut ancré dans l’époque dont il est issu, voire même dans le futur. Une partie des contenus sont consultables dans un metaverse accessible depuis le site Yedia.
Dans un monde dans lequel le savoir se dilue plus rapidement que l’ignorance, nous pensons que la connaissance est faite pour être partagée…au plus grand nombre, à tous, sans distinction.

Partager sans distinguer, et distinguer la connaissance de la croyance, afin de la faire comprendre, simplement et au plus grand nombre.
Sans partage, il n’y a pas de lumière.


Et ce qui n’est pas éclairé, reste dans l’obscurité.

Newsletter

Abonnez vous à la Newsletter de Yedia

Il vous suffit de remplir le formulaire ci-dessous.

Sans partage, il n’y a pas de lumière.
Et ce qui n’est pas éclairé, reste dans l’obscurité.

En savoir plus sur Yedia.org

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading