fbpx
Yedia, partager le savoir
Rechercher
Les plus populaires

Podcast : 49

Podcast : la traversée

Ces Justes qui se sont levés pour Israël : Le Dr Adélaïde Hautval : ni juive, ni résistante, tout simplement humaine

Françoise Giroud, toute sa vie loin du judaïsme

La psychologie juive : carrefour entre spiritualité et psyché

Haïm Yossef David Azoulay — le ’HIDA (1724-1806) — 300e anniversaire

Laissez-nous grandir en paix !

« Notre seule arme, c’est de rester en vie » – Livre : La sage-femme d’Auschwitz

Yom Haatsmaout : Comment se réjouir lorsque tout un peuple souffre ?

La Shoah : Comment l’enseigner aux enfants

Partager

La spoliation des oeuvres d’art appartenant aux juifs par les nazis

Entre 1933 et 1945, les nazis confisquent près de 400.000 œuvres en Europe. La spoliation des juifs est méthodique, très bien organisée. Selon certaines sources, près d'un quart de ses œuvres n'ont toujours pas été restituées à leurs propriétaires. Le 20 septembre dernier, quelques dessins d'Egon Schiele (1890-1918), peintre juif figure de l'expressionnisme autrichien, ont été rendus à ses héritiers. Un trésor estimé à 9 millions de dollars...
les oeuvres dart spoliées par les nazis

La Seconde Guerre mondiale a été témoin d’un des épisodes les plus sombres de l’histoire de l’humanité : la Shoah. Parmi les nombreux crimes commis par le régime nazi, la spoliation systématique des œuvres d’art juives a laissé une cicatrice indélébile dans le monde de l’art et de la culture. Sous le prétexte de l’aryanisation, des milliers d’œuvres d’art précieuses ont été confisquées, volées ou vendues de force à des prix dérisoires, privant ainsi les familles juives de leur patrimoine culturel. Après la guerre, la question de la restitution de ces œuvres a soulevé des défis juridiques, moraux et émotionnels considérables.

L’aryanisation était une politique nazie qui visait à exclure les Juifs de la vie économique, sociale et culturelle de l’Allemagne. Dans le contexte artistique, cela signifiait la confiscation systématique d’œuvres d’art appartenant à des familles juives. Les nazis justifiaient ces actions en prétendant que ces œuvres étaient « d’origine aryenne » et devaient être préservées pour la culture allemande.

De nombreuses collections privées et publiques ont été démantelées, avec des œuvres d’art volées ou achetées au rabais. Les collectionneurs et marchands d’art juifs ont été contraints de liquider leurs biens, souvent sous la menace de la persécution ou de la déportation. Des chefs-d’œuvre de l’art moderne, des bijoux, des meubles précieux, et même des manuscrits anciens ont été spoliés.

La traque des œuvres d’art juives était orchestrée par une unité spéciale dirigée par Alfred Rosenberg, l’idéologue nazi en chef. Cette unité avait pour mission de localiser et de saisir des œuvres d’art considérées comme « non-aryennes ». Des experts nazis de l’art, appelés les « experts en art », déterminaient quelles œuvres devaient être confisquées.

Parmi les victimes notoires de cette spoliation figurent des familles célèbres, telles que les Rothschild, les Goudstikker et les Schloss. Des artistes juifs comme Max Liebermann et Marc Chagall ont également vu leur travail volé et détruit.

Après la défaite du régime nazi en 1945, l’attention s’est tournée vers la restitution des biens culturels volés. Les Alliés, conscients du pillage systématique, ont mis en place des mécanismes pour récupérer et restituer les œuvres d’art à leurs propriétaires légitimes ou à leurs héritiers.

L’une des initiatives les plus importantes a été la création de l’Office of Military Government for Germany (U.S.) (OMGUS), qui a élaboré la « Directive n° 59 » en 1945, ordonnant aux autorités allemandes de localiser et de restituer les biens spoliés. Cependant, cela s’est avéré être un processus complexe et long. De nombreuses œuvres d’art avaient été dispersées à travers l’Europe et le monde.

La restitution des œuvres d’art spoliées après la Seconde Guerre mondiale s’est heurtée à de nombreux obstacles. Les œuvres avaient souvent changé de propriétaire à plusieurs reprises, compliquant la traçabilité. De plus, les nazis avaient délibérément falsifié les documents pour dissimuler l’origine juive des œuvres, rendant la preuve de propriété difficile.

Les revendications de restitution ont également été confrontées à des résistances culturelles et juridiques. Les musées et les collectionneurs allemands étaient souvent réticents à rendre les œuvres, invoquant la prescription ou le fait que les œuvres avaient été acquises de manière légale à l’époque.

Au fil des décennies, de nombreuses œuvres d’art ont été restituées à leurs propriétaires légitimes ou à leurs héritiers. Cependant, de nombreuses questions restent en suspens, notamment la compensation pour les œuvres perdues ou irrécupérables.

En 1998, la communauté internationale a fait un pas en avant significatif en adoptant les Principes de Washington, qui fournissent des directives pour la restitution des biens culturels spoliés pendant la guerre. Ces principes ont aidé à établir une base juridique et morale pour la restitution des œuvres d’art volées.

La spoliation systématique des œuvres d’art juives par le régime nazi demeure un sombre chapitre de l’histoire de l’art. Bien que des progrès aient été réalisés dans la restitution des œuvres volées, de nombreux défis subsistent. La recherche de la justice pour les familles juives dont le patrimoine artistique a été dérobé continue de faire partie intégrante de la quête de justice et de réparation après la Shoah. En fin de compte, cela rappelle la nécessité de préserver la mémoire de ces événements tragiques et de garantir que de tels actes ne se reproduisent jamais.

Partager

A découvrir également sur Yedia

Whatsapp Yedia

Ne manquez plus aucun contenu sur Yedia en rejoignant notre groupe Whatsapp. Une diffusion quotidienne.

Newsletter Yedia

Vous souhaitez recevoir la newsletter mensuelle de Yedia avec l’ensemble des articles, podcasts, et vidéos du site. Inscrivez-vous ici sans plus attendre.

Facebook Yedia

Ne manquez plus aucun contenu sur Yedia en rejoignant notre communauté Instagram.

Youtube Yedia

Ne manquez plus aucun contenu sur Yedia en rejoignant notre groupe Whatsapp. Une diffusion quotidienne.

Spotify Yedia

Retrouvez tous nos podcasts sur Spotify.  Il suffit de vous abonner à notre chaîne pour les écouter directement.

Yedia est un média dédié au Judaïsme, à sa culture, son patrimoine, et à son identité. Grâce aux contributions de ses auteurs et producteurs de contenus, issus de tous horizons, il se veut le témoin de sa richesse, et de sa diversité.

Art et culture, langue et écriture, société, histoire, sciences, lifestyle, judaïsme, sont les thématiques qui traversent Yedia.
Articles, podcasts, vidéos, sont disponibles sur la plateforme et permettent à tous à tout moment de pouvoir accéder au contenu.
Enfin Yedia se veut ancré dans l’époque dont il est issu, voire même dans le futur. Une partie des contenus sont consultables dans un metaverse accessible depuis le site Yedia.
Dans un monde dans lequel le savoir se dilue plus rapidement que l’ignorance, nous pensons que la connaissance est faite pour être partagée…au plus grand nombre, à tous, sans distinction.

Partager sans distinguer, et distinguer la connaissance de la croyance, afin de la faire comprendre, simplement et au plus grand nombre.
Sans partage, il n’y a pas de lumière.


Et ce qui n’est pas éclairé, reste dans l’obscurité.

Newsletter

Abonnez vous à la Newsletter de Yedia

Il vous suffit de remplir le formulaire ci-dessous.

Sans partage, il n’y a pas de lumière.
Et ce qui n’est pas éclairé, reste dans l’obscurité.