fbpx
Yedia, partager le savoir
Rechercher
Les plus populaires

Adam Neumann : La spiritualité juive au cœur de la tempête WeWork

Pour ne pas oublier leurs visages…

Quelques secrets sur la Sortie d’Égypte enfin révélés

Instants d’humanité : Shimi

Al-Andalus ou l’âge d’or du judaïsme en terre d’islam. Suivez le guide !

Nicholas Winton : L’homme qui sauva 669 enfants juifs de la mort…

Astrakhan, cette petite ville située aux confins de la Russie

Le hasard, c’est D.ieu qui se promène incognito

Les anges dans le judaïsme : gardiens célestes et messagers divins

Les Juifs du Cap-Vert : une histoire fascinante et méconnue

Partager

Henry Kissinger a 100 ans

Né en Allemagne dans une famille juive, Henry Kissinger arrive adolescent aux États-Unis en 1938. Il y deviendra un héraut de la Realpolitik pendant la Guerre froide. Prix Nobel de la Paix 1973, il est connu pour avoir mis fin à la guerre du Vietnam, impulsé la politique de Détente avec l’URSS, normalisé les relations sino-américaines et inspiré le soutien US à Israël en pleine Guerre du Kippour. Il est le diplomate du Siècle.
Henry Kissinger a 100 ans. En photo avec Golda Meir

 

Du petit juif allemand persécuté au héraut de la Realpolitik US

Né en 1923 à Fürth, dans une famille juive allemande de Bavière, Heinz Alfred Kissinger fuit avec les siens les persécutions nazies en 1938, dans un contexte de violence croissante pour les Juifs en Allemagne. Émigré aux États-Unis, le jeune écolier de Manhattan assimile facilement la culture américaine, mais peine à perdre son accent natal. Il lui servira bientôt au sein d’une unité du renseignement militaire chargée d’effectuer des missions au-delà des lignes allemandes. Assigné à la dénazification en Europe, il est rapidement muté dans un service dépendant du contre-espionnage dont la mission est de traquer les officiers de la Gestapo en fuite.

Au retour de la guerre, Henry Kissinger assure la formation de futures recrues de ces bataillons d’excellence, tout en poursuivant en parallèle des études en sciences politiques à la prestigieuse université d’Harvard. Diplômé d’un doctorat en 1954, Washington lui confie rapidement la direction de services sensibles, dans un contexte diplomatique où la question nucléaire devient prégnante. Partisan de la « riposte graduée », il conseille tour à tour, entre les années 1950 et les années 1970, l’ensemble des présidents qui se succèdent à la Maison-Blanche, jusqu’à Jimmy Carter en 1977.

Assurant alternativement des fonctions de conseiller à la sécurité nationale et de secrétaire d’État, Henry Kissinger élabore une diplomatie américaine souple, qui préfère à l’escalade militaire le pragmatisme politique. Sa méthode, dont il exposera les bases en 1995 dans un best-seller intitulé Diplomatie, lui permet d’être, au début des années 1970, l’artisan d’un rapprochement inédit entre l’Est et l’Ouest. Sa politique de la « Détente » lui permet en effet de négocier, entre les deux superpuissances, un traité de non-prolifération des armes nucléaires afin d’éviter une guerre atomique. Parallèlement, il prépare une rencontre officielle entre Richard Nixon et Mao Zedong, tout en jetant les bases du retrait américain du Vietnam lors des accords de Paris de janvier 1973.

La Realpolitik que mène Kissinger ne lui garantit néanmoins pas que des amitiés et son élection comme prix Nobel de la Paix, la même année, suscite de violentes polémiques à travers le monde. Il est alors accusé par la gauche européenne d’avoir pris part au coup d’État mené au Chili par le général Pinochet contre le président socialiste Salvador Allende. Bien que blanchi par une commission d’enquête sénatoriale des États-Unis, le diplomate restera la bête noire d’une partie des médias, alors que l’affaire des écoutes dans le scandale du Watergate manque de peu, au même moment, de signer la fin de sa carrière politique.

« Tout gain pour un camp est une perte pour l’autre »

Fort de son Nobel, Kissinger s’embarque en octobre 1973 pour Moscou, puis Tel Aviv, afin de négocier un cessez-le-feu entre Israël et les pays arabes, à l’heure où Tsahal prend le dessus et menace le Caire et Damas. Soucieux de garantir la victoire de l’État hébreu, allié de son pays, il empêche une défaite humiliante de l’armée égyptienne pour permettre d’engager ultérieurement des pourparlers entre les belligérants. Son intervention permet de mettre un terme au conflit et assure aux États-Unis un nouveau rôle de négociateur de la paix au Proche-Orient, en prouvant aux États arabes que l’Union soviétique ne leur sera d’aucun secours. À la fin de la guerre du Kippour, un vrai vaudeville se jouera entre le Premier ministre israélien Golda Meir et le secrétaire d’État Kissinger :

  • « Je ne comprends pas que vous, un Juif, puissiez me demander de ne pas faire prisonniers les Égyptiens encerclés. »
  • « Je suis d’abord citoyen du monde, puis américain, puis républicain, puis seulement juif ! »

La réponse de la pionnière des kibboutz devenue chef de l’État hébreu est restée anthologique :

  • « Ce n’est pas grave… En hébreu, on lit de droite à gauche ! »

Rapidement écarté de la présidence du démocrate Jimmy Carter (1976-1980), Henry Kissinger propose ses conseils à des organisations internationales, comme la Banque mondiale, et revient en force dans les années 1980, après avoir assuré au candidat républicain, Ronald Reagan, une large avance.

Moins présent sur la scène internationale après la fin du second mandat de ce dernier, l’ancien diplomate poursuivra son activité d’écriture entamée en 1957. Auteur prolifique, le spectateur engagé rappelle comme un leitmotiv, à travers son œuvre magistrale, que la stabilité de l’ordre mondial repose sur l’équilibre des puissances et le respect de la souveraineté étatique. Ce message, récemment encore adressé à la Russie de Vladimir Poutine, résonne comme un écho d’une guerre froide que l’on croyait finie.

Le vieil homme n’a pas dit son dernier mot !

Partager

A découvrir également sur Yedia

Whatsapp Yedia

Ne manquez plus aucun contenu sur Yedia en rejoignant notre groupe Whatsapp. Une diffusion quotidienne.

Newsletter Yedia

Vous souhaitez recevoir la newsletter mensuelle de Yedia avec l’ensemble des articles, podcasts, et vidéos du site. Inscrivez-vous ici sans plus attendre.

Facebook Yedia

Ne manquez plus aucun contenu sur Yedia en rejoignant notre communauté Instagram.

Youtube Yedia

Ne manquez plus aucun contenu sur Yedia en rejoignant notre groupe Whatsapp. Une diffusion quotidienne.

Spotify Yedia

Retrouvez tous nos podcasts sur Spotify.  Il suffit de vous abonner à notre chaîne pour les écouter directement.

Yedia est un média dédié au Judaïsme, à sa culture, son patrimoine, et à son identité. Grâce aux contributions de ses auteurs et producteurs de contenus, issus de tous horizons, il se veut le témoin de sa richesse, et de sa diversité.

Art et culture, langue et écriture, société, histoire, sciences, lifestyle, judaïsme, sont les thématiques qui traversent Yedia.
Articles, podcasts, vidéos, sont disponibles sur la plateforme et permettent à tous à tout moment de pouvoir accéder au contenu.
Enfin Yedia se veut ancré dans l’époque dont il est issu, voire même dans le futur. Une partie des contenus sont consultables dans un metaverse accessible depuis le site Yedia.
Dans un monde dans lequel le savoir se dilue plus rapidement que l’ignorance, nous pensons que la connaissance est faite pour être partagée…au plus grand nombre, à tous, sans distinction.

Partager sans distinguer, et distinguer la connaissance de la croyance, afin de la faire comprendre, simplement et au plus grand nombre.
Sans partage, il n’y a pas de lumière.


Et ce qui n’est pas éclairé, reste dans l’obscurité.

Newsletter

Abonnez vous à la Newsletter de Yedia

Il vous suffit de remplir le formulaire ci-dessous.

Sans partage, il n’y a pas de lumière.
Et ce qui n’est pas éclairé, reste dans l’obscurité.